Donation d’organes : meurtre et suicide !

Chers fidèles,

TRES IMPORTANT

Les autorités Belges et Françaises ont décidé que si vous êtes mourants on pourra vous prélever des organes vitaux en sorte que vous serez tués.

Il faut protester contre cette procédure, car la loi dit: “qui n’a dit mot consent”, cela veut dire, si cela arrive, vous êtes responsable de ne pas avoir protesté, donc vous commettez un suicide !

Voici la loi Belge :

donation

je cite :

Après le décès : qui n’a dit mot, consent

Si vous êtes belge ou domicilié en Belgique depuis plus de 6 mois, la loi autorise le prélèvement de vos organes après votre décès sauf si :

  • Vous avez explicitement exprimé votre refus de votre vivant.
  • Votre famille proche (enfants, parents ou conjoint) s’y oppose.

Si vous ne voulez pas que des organes ou des tissus soient prélevés sur votre corps après votre décès, vous devez remplir un document à transmettre à votre commune.

Formulaire de consentement

Faire don ou non de vos organes ? Pour éviter que vos proches soient confrontés à ce choix douloureux après votre décès, vous pouvez rédiger au préalable un formulaire de consentement, disponible dans votre commune.

Télécharger le formulaire concernant le don d’organes

(PDF, 1 p. – 6 kB)

du site SPF “service publique fédéral” – “santé public”

J’écrivais : “si vous êtes mourant”, mais le texte ci-dessus dit “après la mort”. Eh bien, vous n’êtes pas mort car on parle d’une “mort cérébrale” qui est considérée comme une mort légale, mais qui n’est pas une mort réelle car le coeur bat toujours, le sang circule, l’âme n’est donc pas séparée du corps. La “mort cérébrale” est un terme inventé récemment pour pouvoir déclarer morte officiellement une personne dont le cerveau est irréversiblement endommagé, de sorte qu’elle va mourir bientôt. Ceci facilite les transplantations qui ont plus de chance de réussite si les organes sont vivants (tirés d’un corps vivant) que s’ils sont morts. Cette construction légale et fictive ‘mort cérébrale’ permet donc de prendre les organes vitaux (nécessaires pour vivre) d’une personne encore vivante, donc de la tuer.

Donc il faut protester maintenant avant sa mort pour ne pas être complice d’un meurtre, d’un suicide:

remplissez ce formulaire et envoyez-le aussitôt :

formulaire

La loi en France :

donation en France

je cite :

Dans le but d’accroître le nombre de greffons utilisables, la loi Caillavet avait consacré une présomption de consentement faisant de tout individu un donneur potentiel d’organes après sa mort.

Il s’agit bel et bien de la mort cérébrale :

je cite :

Une circulaire du 24 avril 1968 a substitué au critère de l’arrêt de la circulation sanguine celui de la mort cérébrale ou coma dépassé

..La législation prévoit toutefois deux hypothèses dans lesquelles la présomption de consentement peut être renversée :

  • lorsque le défunt, de son vivant, a fait connaître son refus d’un prélèvement sur son corps après la mort,
  • ou en cas de témoignage de ce refus par les proches.

Donc il faut au plus tôt aller à la maison communale pour remplir un formulaire de refus !

NB : il s’agit ici d’organes vitaux (p.e. le coeur, deux reins etc). Par contre, la donation d’un organe non-vital (p.e. un seul rein, de la peau etc) pour aider un malade, est un acte de charité .

Deo gratias !

NB

En France :

Refus de donations et réceptions d’organes

Plusieurs alternatives s’offrent à vous pour figurer sur le registre des refus :

1)      Vous pouvez adresser au :
Registre national des refus (R.N.R)
Agence de la biomédecine
1 avenue du Stade de France
93572 Saint-Denis La Plaine Cedex

– Le formulaire rempli et signé (téléchargeable sous : téléchargez le formulaire ici  ou imprimable (voir PJ))

– Une photocopie lisible d’une pièce d’identité officielle (carte d’identité, permis de conduire, titre de séjour, passeport,…)

– Une enveloppe timbrée à vos nom et adresse pour recevoir la confirmation de votre inscription.

2) Vous avez également la possibilité de consigner vos volontés par écrit et de les confier à un proche si vous ne voulez pas faire la démarche de vous inscrire sur le RNR.

3) Enfin vous pouvez nous indiquer votre adresse postale et nous vous ferons parvenir un formulaire d’inscription sous format papier.

4) utiliser notre site d’inscription en ligne : lien internet

Pour auttres informations, s’adresser à :
Registre national des refus (R.N.R)
Agence de la biomédecine
1 avenue du Stade de France
93572 Saint-Denis La Plaine Cedex