Question du pape hérétique 3 : théologiens A. Vermeersch et I. Creusen

A. Vermeersch et I. Creusen :

" Le pouvoir du Pontife Romain cesse par décès, démission libre ( qui est valable sans avoir besoin d’aucune acceptation , c.221 ), folie certaine et incontestablement perpétuelle et l'hérésie notoire . Au moins selon l'enseignement plus fréquent , le Pontife romain comme un enseignant privé peut tomber dans l'hérésie manifeste. Ensuite, sans aucune sentence déclarative ( car le Siège Suprême n’est jugé par personne ), il tomberait automatiquement d'un pouvoir qu’il est incapable de posséder, n’étant plus un membre de l'Eglise " ( Epitome de Droit canonique de Rome : Dessain 1949. 340)