Jean Paul II : hérétique !!

Karol Woytila – (Antipape Jean-Paul II) n’a jamais été Pape )de la Sainte Eglise Catholique

 

Résumé : Woytila était un hérétique moderniste, entré dans les ordres par ambition. Il s’agit sans doute de l’antipape qui est parvenu à faire la promotion du plus grand nombre d’hérésies, de par des actes hérétiques innombrables, et un nombre incalculable d’écrits pernicieux et sans intérêt.

Il a publié un grand nombre de pseudo-encycliques dans lesquels il promeut le culte de l’humanisme, et la divination de l’homme.Il a nié les dogmes du purgatoire et de l’enfer, les réduisant à une simple image métaphorique. Cet antipape a promu également que tout le monde serait justifié, les catholiques comme les protestants, les luthériens, les schismatiques et les non croyants. Il a ainsi nié les dogmes catholiques infaillibles contenus dans le Catéchisme du Saint Concile de Trente, démontré sa qualité d’hérétique, et tué la crainte de Dieu auprès de tous ceux qui l’écoutait.

Il a commis un très grand nombre d’actes hérétiques (baiser du coran, célébrations communes avec des hérétiques, ..), qu’il serait trop long de relever en intégralité.

Il a prôné sans relâche le faux oeucuménisme, mettant sur un pied d’égalité la religion catholique et toutes les autres croyances.

Il a conforté les hérétiques et les schismatiques dans leur erreur, tout comme les juifs et les païens. Woytila a condamné toute formes de « prosélytismes », dans le but de détruire toute vocation missionnaire qui pouvait subsister, de conforter les hérétiques dans leur erreur, et de promouvoir l’hérésie selon laquelle il est impossible de détenir la vérité absolue.

Un hérétique ne pouvant être pape, Woytila n’a jamais été pape de l’église catholique.

Note : On a peine à croire, à la vue des immense crimes d’apostasie perpétrés par Woytila, que pour cet homme, le jugement particulier n’ait duré qu’un instant. Cette fiche est donc très longue, il suffit donc de la feuilleter. En effet il suffit d’une seule hérésie pour condamner un antipape, mais une grande liste est publiée dans ce document. Ceux qui voudront en savoir encore plus pourront se rapporter au livre de Don Luigi Villa : « Jean-Paul 2 Bienheureux ? Jamais ! ».

I | Brève introduction sur les actes hérétiques de l’antipape Jean-Paul II et sa promtion du faux oeucuménisme

En 1984, Jean-Paul 2 fait envoyer un de ses représentants pour présider à la pose de la première pierre de la mosquée de Rome, la plus grande d’Europe. Ce geste constitue une apostasie de la Foi catholique par l’approbation de l’islam qui nie la divinité du Christ.

En août 1985, répondant à une invitation du roi Hassan II, Jean-Paul 2 lança au stade de Casablanca à l’adresse des jeunes mahométans : « Nous croyons au même Dieu, l’unique Dieu, le Dieu vivant ».

En 1986, Jean-Paul 2 organise la « rencontre oeucuménique d’assise » (qui se renouvellera en 1996), où il réunit au vatican tous les délégués des fausses religions possibles et imaginables (et va même jusqu’à convie des sorciers vaudous). Ainsi, Jean-Paul 2 veut montrer par là que toutes les religions peuvent mener au ciel, que la vérité n’est pas uniquement auprès de l’église catholique, que nous devons nous unir en tant que chercheurs d’une vérité inaccessibles … Woytila, rend manifeste un très grand acte d’apostasie.

La Sainte Eglise catholique, sous Vatican I, s’était toujours gardé de dialoguer avec ceux qui professaient l’erreur (hérétique, schismatiques), mais Woytila, lui, conforte les égarés dans leur péché d’hérésie et les maintient par là dans la voie de la perdition. A cela, ces actes d’apostasie se sont fait au nom de l’église catholique, et a conforté les modernistes dans l’idée maçonnique voulant que « nul ne peut prétendre détenir la vérité absolue ».

Or, l’acte de foi de l’église catholique s’énonce en ces termes : « Mon Dieu, je crois fermement en toutes les vérités que vous nous avez révélé et que vous nous enseignez par votre Eglise, parce qu’étant la vérité même, vous ne pouvez ni vous tromper, ni nous tromper ».

La vérité (absolue), se trouve donc uniquement auprès de l’Eglise catholique, et tout ceux qui prétendent le contraire professent l’erreur.

Quant à la voie de perdition que prennent les hérétiques et schismatiques, nous citons le Saint Concile de Florence :

Concile de Florence – Cantate Domino – 4 février1442 ex cathedra : « [La très sainte Eglise romaine] Elle croit fermement, professe et prêche qu' » aucun de ceux qui se trouvent en dehors de l’Eglise catholique, non seulement païens mais encore juifs ou hérétiques et schismatiques ne peuvent devenir participants à la vie éternelle, mais iront  » dans le feu éternel qui est préparé par le diable et ses anges » [Mt 25,41] à moins qu’avant la fin de leur vie ils ne lui aient été agrégés ;

Woytila priera donc, à cette occasion des rencontres oeucuméniques d’assises, avec toutes les religions non-catholiques et païennes, et approuvera le culte rendu à des faux dieux, allant même jusqu’à laisser la statue de bouddha sur l’autel du Seigneur !

Apostasie d’Assise de l’antipape Jean-Paul 2 avec les shismatiques, hérétiques, apostats et païens.

Bouddha SUR l’Autel de Dieu (Assise) approuvé par l’apostat Jean-Paul 2.

Ensuite, ces apostasies, avec approbation du culte rendu à des faux dieux, se répéteront tous les ans.

Bénédiction conjointe de Woytila avec des shismatiques

L’antipape Jean-Paul 2 « béni » par les païens.

L’antipape Jean-Paul 2 « béni » par un sorcier vaudou (assises)

Paganisme et clowneries grotesques de l’antipape Jean-Paul 2

Jean-Paul 2 enseigne dans ses écrits que l’homme est le Christ.

Le 22 octobre 1996 il reconnaît dans un message à l’Académie pontificale des sciences que la théorie de l’évolution est « plus qu’une hypothèse ».

 

En 1999, Jean-Paul 2 embrasse le Coran au Vatican (saint Thomas d’Aquin enseigne qu’un baptisé qui irait vénérer le tombeau de Mahomet commettrait un acte d’apostasie).

Jean Paul 2 se rendra au siège mondialiste l’ONU, une organisation visant à promouvoir un gouvernement mondial, et institué par la judéo-maçonnerie.

Le secrétaire général de l’ONU, Kofi Annan, lui rendra hommage à sa mort, et le louera pour son action au sein des nations unies.

Le 6 mai 2000,  Jean-Paul 2 se déchausse pour entrer « prier » dans une mosquée, créant par là une première.

Par l’introduction des « mystères lumineux » dans le Rosaire, Jean-Paul 2 modifie le Rosaire traditionnel par un sacrilège.

II | L’hérésie de l’Humanisme naturaliste de Jean-Paul 2

 

Woytila divinise l’homme dans ses écrits, conformément à ce que promettait l’ennemi à Eve dans la Genèse : « Vous serez comme des Dieux », conformément à la déclaration des droits de l’homme niant les droits de dieux, et conformément aux doctrines pernicieuses humanistes et boudhistes.

 

L’homme est assimilé à Dieu :

Jean-Paul 2, Discours aux Slovènes, 18 mai 1996 : « De cette façon, vous aidez à changer le monde, vous allez le rendre plus humain et donc plus divin»

Jean-Paul 2, Incarnationis mysterium, n° 2 : «… l’Eglise ouvre à tous la perspective d’être «divinisé» et donc de devenir plus humain ». 

Jean-Paul 2, discours aux évêques portugais, 30 novembre 1999 : « En fait, par son Incarnation, le Fils de Dieu s’est en quelque sorte uni lui-même à tout homme … la vie chrétienne donne non seulement un sens à ce qui existe, mais ouvre également à toutes les personnes,la perspective d’être divinisé et ainsi de devenir plus humain».

 

Les autres religions stimulent à découvrir la présence et l’action de l’Esprit :

Jean-Paul 2, Redemptoris Missio, 7 décembre 1990, n° 56 : « Les autres religions constituent un défi positif pour l’Eglise : ells la stimulent à la fois à découvrir et à reconnaître les signes de la présence du Christ et de l’action de l’Esprit ».

 

Le visage de chaque homme est le visage de Dieu et de Jésus :

Jean-Paul 2, Ecclesia in America, n ° 67 : « … Jésus-Christ, visage humain de Dieu et visage divin de l’homme ».

Jean-Paul 2, Homélie 26 février 2000 : « En se révélant sur ​​la montagne et en donnant sa Loi, Dieu a révélé l’homme à l’homme ».

 

Le Christ révèle le vrai visage de Dieu et de l’homme – l’homme est Dieu :

Jean-Paul 2, Homélie 18 octobre 1986 : « Le Christ donne à l’homme beaucoup plus qu’il ne peut jamais espérer ou désirer. Lui seul révèle le vrai visage de Dieu et de l’homme. Celui qui a vaincu le péché et la mort est notre espérance et notre salut. Il est le chemin, la vérité et la vie ». 

Jean-Paul 2, Pastores dabo vobis, 25 Mars 1992, n ° 72 : « Comme celui qui a part à la mission prophétique de Jésus et fait partie du mystère de l’Église, enseignant de la vérité, le prêtre est appelé à révéler à d’autres, en Jésus-Christ, le vrai visage de Dieu, et par conséquent le vrai visage de l’humanité ».

 

Le visage de Dieu révèle le visage de l’homme :

Jean-Paul 2, Ecclesia in America, n ° 52 : « La prise de conscience de la communion avec le Christ et avec nos frères et sœurs, pour sa part, le fruit de la conversion, conduit au service de nos voisins dans tous leurs besoins, matériel et spirituel, car le visage du Christ resplendit dans tout être humain ».

Jean-Paul 2, discours à l’académie pontificale, 12 novembre 1997 : « Bien que je confirme votre engagement généreux, j’espère que, dans les études, les publications et les œuvres artistiques que vous produisez et promouvez, les gens de toutes les cultures peuvent découvrir un authentique humanisme, le vrai miroir révélant le visage de Dieu et le visage de l’homme ». 

Jean-Paul 2, Discours aux différents groupes de pèlerins du Jubilé, 4 décembre 2000 : « En suivant les exemples et les enseignements du père Camillien Primo Fiocchi et Mère Annunziata Montereali, votre congrégation est en fait engagée à vivre humblement dans l’Eglise et pour l’Église, montrant au monde contemporain l’image du Verbe incarné et découvrir le visage du Christ dans le visage de chaque être humain ». 

Jean-Paul 2, Novo millennio ineunte, 6 janvier 2001 : « Votre visage, Seigneur, que je cherche» (Ps. 27, 8). L’ancienne aspiration du Psalmiste ne pouvait être exaucée de plus surprenante qu’avec la contemplation de la face du Christ. Dieu nous a vraiment béni en lui et a fait «resplendir son visage sur nous» (Ps. 67, 1). Dans le même temps, Dieu et l’homme qu’il est, nous révèle aussi le visage authentique de l’homme, «l’homme pleinement révélateur à lui-même ». (Gaudium et Spes, 22)

Jean-Paul 2, Discours au Collège pontifical philippin, 2 juin 2001 : « L’étude est également une dimension essentielle de sacrifice de toute la vie, il part de la mission prophétique du Christ, et. qu’il est appelé à révéler aux autres, en Jésus-Christ, le vrai visage de Dieu et, par conséquent, le vrai visage de l’homme ». 

III | Jean-Paul 2 et l’hérésie du salut universel, selon lequel tout le monde sera

 

 

 

Un des effets les plus destruteurs qu’a causé ce funeste antipape fut la destruction de la Sainte Crainte de Dieu (qui est un don du Saint Esprit pour parvenir au Salut). Pour Woytila, tout homme est uni indissociablement au Christ et ne peut donc être damné. Ces prises de positions ont conforté un grand nombre d’âmes dans leur état de péché mortel, et Woytila a bien évidement une responsabilité écrasante dans la damnation d’un immense nombre d’âmes (la charité vise à avertir le pécheur, non à la conforter dans son état).

 

L’antipape Jean-Paul 2 a tenu un enseignement constant visant à faire croire que tout les hommes profiteront du salut universel. L’idée que tous les hommes sont sauvés est contraire aux termes clairs de l’Évangile et à de nombreux dogmes catholiques, surtout les dogmes selon lesquels à l’extérieur de l’Eglise catholique il n’y a pas de salut, et que tous ceux qui meurent dans le péché originel ou le péché mortel ne peuvent pas être sauvés.

 

Pape Grégoire X, 2ème concile de Lyon, 1274, ex-cathedra : « Les âmes de ceux qui meurent en péché mortel ou avec le péché originel descendent … immédiatement en enfer, punies de peines différentes». (1)

 

Cependant, Jean-Paul II a tenu et a enseigné que dans l’Incarnation, le Fils de Dieu s’est uni à tout homme dans une union indissoluble, ce qui rendait impossible, selon lui, pour quiconque d’aller en enfer. Jean-Paul II a enseigné explicitement que cette union entre le Christ et l’homme dure éternellement.

 

Jean-Paul II, Redemptor hominis (n° 13), 4 mars 1979 : « … chaque homme est inclu dans le mystère de la Rédemption, et avec chacun le Christ Lui-même s’est uni pour toujours à travers ce mystère. »(2)

 

Jean-Paul II, Redemptoris Missio (# 4), 7 décembre 1990 : «L’événement de rachat apporte le salut à tous, chacun est inclu dans le mystère de la Rédemption, et le Christ s’est uni à chacun à jamais par ce mystère.  » (3)

 

Jean-Paul II, Centesimus Annus (n° 53) : «Nous ne parlons pas ici de l’homme « résumé », mais réel, « concret », l’homme « historique ». Nous avons affaire à chaque individu, car chacun est inclus dans le mystère de la Rédemption et à travers ce mystère le Christ s’est uni à chacun pour toujours. » (4)

 

Notez le mot « toujours » dans ces trois citations. Oui, dans trois encycliques différentes, Jean-Paul II affirme sans ambages que chaque homme est uni au Christ pour toujours. Cela signifie que tous les hommes sont sauvés. L’enfer est la séparation éternelle de la miséricorde et de la bonté de Dieu, mais on n’est jamais séparé de Dieu selon Jean-Paul II. Tout le monde est uni à Dieu pour toujours. C’est le salut universel.

 

Il existe de nombreuses autres citations que nous pourrions apporter pour prouver que Jean-Paul II a enseigné que tous les hommes sont sauvés. Par exemple, en 1985, Jean-Paul II a expliqué comment le sang rédempteur du Christ n’est pas seulement accessible à tous (ce qui est vrai), mais il les atteint en fait tous et les sauve tous .

 

Jean-Paul II, Homélie, 6 Juin 1985 : «L’Eucharistie est le sacrement de l’alliance du Corps et du Sang du Christ, de l’alliance qui est éternelle. C’est l’alliance qui embrasse tout. Ce sang atteint tous et sauve tous. » (5)

 

Contrairement à cela, l’enseignement dogmatique de l’Église catholique affirme que le sang du Christ n’atteint pas tous ou sauve tous.

 

Pape Paul III, Concile de Trente, sess. 6, ex cathedra : «Mais si le Christ est mort pour tous, tous encore ne reçoivent pas tout le bénéfice de sa mort, mais seuls ceux à qui le mérite de sa Passion est communiqué.  » (6)

 

Seuls ceux qui sont libérés du péché originel par le baptême, et unis à Lui par les Sacrements et la vraie foi, reçoivent le bénéfice de la mort du Christ.

 

 

 

Jean-Paul II, Audience générale, 27 décembre 1978 : « Jésus est la deuxième personne de la Sainte Trinité devenu un homme, et donc en Jésus, la nature humaine et donc l’ensemble de l’humanité, est racheté, sauvé, anobli à mesure de la participation à la «vie divine» par la grâce.  » (7)

 

Voici que Jean-Paul II explique que l’ensemble de l’humanité a été sauvé et participe à la vie divine. L’expression «participation à la vie divine» se réfère à l’état de la justification ou l’état de la grâce sanctifiante. En disant que l’humanité tout entière participe à la vie divine, Jean-Paul II dit que l’humanité tout entière est en état ​​de grâce ! Cela signifie que personne n’est en état ​​de péché mortel ou de péché originel.

 

 

 

 

Avec une doctrine comme celle-ci, qui ne serait pas aimé par le monde ? Jean-Paul II a lancé un appel à religion de tout le monde, et a été aimé par les masses, parce qu’il a accepté la religion de tout le monde et a enseigné que tout le monde est uni avec le Christ, peu importe ce que les gens croient ou font. Cet indifférentisme religieux a caractérisé son anti-pontificat

 

IV | Jean-Paul II et l’hérésie selon laquelle le Saint-Esprit est responsable des religions non chrétiennes

 

Outre son incroyable doctrine du salut universel et de la  justification universelle, il y a beaucoup d’autres hérésies de Jean-Paul II à examiner. On notera en particulier son enseignement sur la Troisième Personne de la Très Sainte Trinité, le Saint-Esprit. Qu’est-ce que Jean-Paul II a enseigné sur le Saint-Esprit qui était si blasphématoire et hérétique que c’était sans doute sa pire hérésie.

 

Jean-Paul II, Redemptor hominis (# 6), 4 Mars 1979 : « N’est-il pas arrivé parfois que la conviction des adeptes des religions non-chrétiennes – une croyance qui est aussi un effet de l’Esprit de vérité opérant en dehors des limites visibles du Corps mystique …  » (8)

 

Jean-Paul II dit que la firme conviction des adeptes de religions non-chrétiennes procède de l’Esprit Saint, l’Esprit de Vérité. Puisque nous savons de la Sainte Écriture et de l’enseignement catholique que Satan est l’auteur de toutes les religions non-chrétiennes, ce qui est indiqué ici par Jean-Paul II est que le Saint-Esprit, l’Esprit de Vérité, est en fait l’esprit du mensonge : Satan. C’est un blasphème incroyable contre Dieu.

 

L’Écriture et la Tradition nous enseignent que les religions non-chrétiennes appartiennent au diable, et les «dieux» qu’elles adorent sont en fait des démons.

 

Psaume 95, 5 : « Car tous les dieux des païens sont des démons … »

 

1 Cor. 10, 20 : « Mais les choses que les païens sacrifient, ils les sacrifient à des démons, et non à Dieu. Et je ne voudrais pas que vous soyez rendus participants avec les démons « .

 

Ainsi Jean-Paul II a enseigné que la croyance en ces religions était le résultat de l’Esprit de Vérité, c’est pourquoi il a salué à plusieurs reprises, promu et a même prié avec les membres et les dirigeants des religions non-chrétiennes.

 

 

L‘antipape Jean-Paul 2 avec des animistes africains (sorciers)

 

 

V | L’Antipape Jean-Paul II et l’approbation hérétique du boudhisme

 

Dans son deuxième voyage asiatique en 1984, Jean-Paul II a visité le temple bouddhiste. Avant d’atteindre le Temple, il a dit combien il était impatient de rencontrer « Sa Sainteté, le Patriarche suprême bouddhiste dans le temple ». Quelques jours avant d’aller au temple bouddhiste, Jean-Paul II a également déclaré :

 

Jean-Paul II, 6 mai 1984 : «… le monde se tourne vers la Corée avec un intérêt particulier pour le peuple coréen à travers l’histoire a cherché, dans les grandes visions éthiques et religieuses du bouddhisme et du confucianisme, le chemin de renouvellement de soi. … Puis-je adresser un salut particulier aux membres de la tradition bouddhiste qui se préparent à célébrer la fête de la venue du Seigneur Bouddha ? Que votre joie soit complète et que votre joie soit remplie.  » (10)

 

Jean-Paul II est alors entré dans le temple de l’idolâtrie et s’inclina devant le patriarche bouddhiste qui se tenait en face d’une gigantesque statue de Bouddha. Ceci constitue un acte d’apostasie.

 

Jean-Paul II dans le temple bouddhiste

 

Jean-Paul II, Audience générale, le 11 janvier 1995 :  » Je saisis volontiers cette occasion pour assurer ceux qui suivent la religion bouddhiste de mon profond respect et estime sincère.  » (11)

 

Pape Léon XIII, le 8 décembre 1892 : «Tout le monde doit éviter toute familiarité ou amitié avec toute personne soupçonnée d’appartenance à la maçonnerie ou à des groupes affiliés. Connaissez-les par leurs fruits et les éviter. Chaque connaissance doit être évitée, non seulement avec ces libertins impies qui encouragent ouvertement le caractère de la secte, mais aussi avec ceux qui se cachent sous le masque de la tolérance universelle, le respect pour toutes les religions …  » (12)

 

 

 

V | L’Antipape Jean-Paul II et la vénération de l’impie Gandhi

En Mars 1986, Jean-Paul II s’est rendu à New Delhi en  Inde, à l’endroit où l’hindou le Mahatma Gandhi a été incinéré. Le Mahatma Gandhi était un païen et un idolâtre qui adorait de faux dieux.

 

Jean-Paul II a enlevé ses chaussures devant le monument de Gandhi et a déclaré : «Aujourd’hui, je suis venu ici comme un pèlerin de la paix, pour rendre hommage au Mahatma Gandhi, héros de l’humanité.  » (13)

 

Un idolâtre et païen était un « héros de l’humanité », selon Jean-Paul II.

 

 

Comme on le voit ici, Jean-Paul II a également jeté des fleurs sur la tombe de Gandhi pour honorer et commémorer ce païen. Saint Thomas d’Aquin explique que, tout comme il y a des déclarations hérétiques, il y a des actions hérétiques et apostates.

 

Saint Thomas d’Aquin, Somme Théologique, Pt. I-II, Q. 103, Q 4 : « Toutes les cérémonies sont des professions de foi, dans lesquelles consiste le culte intérieur de Dieu. Maintenant l’homme peut faire profession de sa foi intérieure, par des actes, ainsi que par des mots, et dans les deux professions, s’il fait une fausse déclaration, il pèche mortellement.  » (14)

 

Saint Thomas nous donne même un exemple :

 

Saint Thomas d’Aquin, Summa Thelogica, Pt. II-II, Q. 12, A. 1, Obj. 2 :  » … Si quelqu’un allait à …un  culte sur la tombe de Mahomet, il serait considéré comme un apostat » (15)

 

On peut manifester son apostasie par des mots ou par des actes. Par ce qu’il a fait, en plus de ce qu’il a dit, Jean-Paul II manifeste l’équivalent du culte sur la tombe de Mahomet. Il vénérait un hindou.

 

VI | L’apostasie de Jean-Paul II à Assise

 

Le 27 octobre 1986, Jean-Paul II a invité les principaux dirigeants de toutes les fausses religions du monde à venir à Assise, en Italie, pour une Journée mondiale de prière pour la paix. Jean-Paul II a prié avec plus de 100 différents chefs religieux de diverses fausses religions, répudiant ainsi l’enseignement de l’Écriture et l’enseignement de 2000 ans de l’Eglise catholique qui interdit, par exemple, la prière avec les fausses religions.

 

La journée de prière avec les païens, les infidèles et les hérétiques était l’idée de Jean-Paul II. Au cours de cette réunion, le Dalaï Lama a placé une statue bouddhiste sur le tabernacle dans l’église de Saint-François.

 

Parmi les différents faux chefs religieux à Assise, il y avait des rabbins, des muftis musulmans, des moines bouddhistes, des shintoïstes, des ministres protestants assortis, des animistes, des jaïnistes et d’autres.

 

Lors de la réunion, un membre de chaque fausse religion est venu devant et a offert une prière pour la paix – des prières blasphématoires, par exemple, la prière hindoue a dit :  » La paix soit sur ​​tous les dieux.  » (Le chef animiste a prié le «Grand pouce»). Mais leurs dieux sont des démons, comme nous l’avons vu ci-dessus, si la paix était en cours en priant tous les diables (qui ont créé ces fausses religions) lors de la Journée mondiale de prière pour la paix, le Vatican l’a parrainé ! La religion de Vatican II veut que vous soyez en communion avec les démons.

 

En 1928, le pape Pie XI a condamné d’autorité cette activité inter-religieuse et l’a dénoncé comme une apostasie de la vraie foi.

 

Pape Pie XI, Mortalium Animos (n° 2), 6 janvier 1928 : « … les conventions, réunions et adresses sont souvent organisées par ces personnes, auxquelles un grand nombre d’auditeurs sont présents, et auxquelles tous, sans distinction sont invités à participer à la discussion, les deux, infidèles de toutes sortes et les chrétiens, même ceux qui ont malheureusement tombés loin du Christ ou qui avec obstination et opiniâtreté nient sa nature divine et la mission. De telles entreprises ne peuvent nullement être approuvées par les catholiques, fondées sur ​​cette fausse opinion qui considère toutes les religions être plus ou moins bonnes et louables, car toutes, de différentes façons, manifestent et signifient ce sens inné en chacun de nous, et par lequel nous sommes amenés à reconnaître avec respect sa règle. Ceux qui détiennent cette opinion ne sont pas seulement dans l’erreur et trompés, mais déforment aussi l’idée de la vraie religion, ils la rejettent, et peu à peu, se détournent par le naturalisme et l’athéisme, comme il sont appelés, à partir de laquelle il ressort clairement que celui qui prend en charge ceux qui détiennent ces théories et tente de les réaliser, abandonnent tout à fait la religion révélée par Dieu « .

 

 

 

Pape Pie XI, Mortalium Animos (n° 10) : «Alors, Vénérables Frères, il est clair que ce Siège apostolique n’a jamais permis à ses sujets de prendre part aux assemblées des non-catholiques … » (16)

 

 

 

Jean-Paul II, Angelus, le 12 octobre 1986 : « Dans quelques jours, nous irons à Assise, des représentants de l’Église catholique, d’autres Églises et communautés chrétiennes, et des grandes religions du monde … J’ai émis cette invitation aux «croyants de toutes les religions. » (17)

 

Jean-Paul II, Redemptoris Missio (n° 55), 7 décembre 1990 : « Dieu … ne manque pas de se rendre présent à bien des égards, non seulement aux particuliers mais aussi à des peuples entiers par leurs richesses spirituelles dont les religions sont l’expression principale et essentielle … « (18)

 

Nous retrouvons ici une expression claire de l’apostasie de Jean-Paul II. Il dit que Dieu se rend présent à travers les richesses spirituelles des peuples, dont les religions sont une expression principale. Cela signifie que Dieu se rend présent à travers les peuples de religions non-chrétiennes, ce qui signifie que les religions non-chrétiennes sont vraies et inspirées par Dieu. 

 

Pape Pie VIII le 24 mai 1829 : «Contre ces sophistes expérimentés les gens doivent apprendre que la profession de la foi catholique est particulièrement vraie, comme le proclame l’apôtre : un seul Seigneur, une seule foi, un seul baptême » (19)

 

 

 

Jean-Paul II, Adresse, le 22 mai 2002 : «Louange à vous, adeptes de l’islam … Louange à toi, peuple juif … Louange particulièrement à vous, Église orthodoxe … « (20)

 

Pape Grégoire XVI, Mirari Vos (n° 13), 15 août 1832 : « Ils devraient considérer le témoignage du Christ lui-même que « ceux qui ne sont pas avec le Christ sont contre lui » , et qu’ils dispersent malheureusement ceux qui n’amassent pas avec lui. Par conséquent, sans aucun doute, ils périront jamais, à moins qu’ils tiennent la foi catholique entière et inviolée.  » (21)

 

 

 

Jean-Paul II, Redemptoris Missio (n° 10), 7 décembre 1990 : «L’universalité du salut signifie qu’il est accordé pas seulement à ceux qui croient au Christ explicitement et qui sont entrés l’Église». (22)

 

Saint Pie X, Acerbo Nimis (# 2), 15 Avril, 1905 : « Comme Notre prédécesseur Benoît XIV, venait d’écrire : « Nous déclarons qu’un grand nombre de ceux qui sont condamnés au châtiment éternel souffre la calamité éternelle à cause de l’ignorance de ces mystères de la foi qui doiventt être connus et crus pour être comptés parmi les élus. «  

 

Pape Eugène IV, Concile de Florence, dogmatique d’Athanase, 1439 : «Celui qui veut être sauvé, doit avant tout tenir la foi catholique, à moins que chacun la conserve entière et inviolée, il périra sans aucun doute dans l’éternité … Mais il est nécessaire pour le salut éternel qu’il croit fidèlement aussi en l’incarnation de notre Seigneur Jésus-Christ … (23)

 

 

VII Autres rencontres œcuméniques de Jean-Paul II

 

Jean-Paul II a continué avec son programme sauvage d’apostasie, totalement condamnée par l’enseignement de l’Eglise catholique, après l’événement d’Assise. Jean-Paul II a parrainé des réunions païennes de prière à Kyoto (1987), Rome (1988), Varsovie (1989), Bari (1990), et Malte (1991), ainsi que de nombreuses réunions après 1991.

 

Il y a eu la réunion scandaleuse païenne de prière en 1999, qui a été officiellement baptisée «La rencontre pan-chrétienne», au cours de laquelle un grand rassemblement de fausses religions est venu au Vatican à la demande de Jean-Paul II 

 

 

La rencontre «Pan-chrétienne» : Assemblée de prière apostate de Jean-Paul II en 1999

 

Ci-dessus, Jean-Paul II, entouré par un groupe hétéroclite de païens et idolâtres, dont un demi-vêtu, le 7 novembre 1999 – à une autre de ses innombrables réunions de prière interreligieuse apostates. Notez le païen masqué juste derrière Jean-Paul II à sa droite et à gauche de l’image. Jean-Paul II les a félicités et les estimait pour leurs fausses religions du diable. Ce n’est rien d’autre qu’un occultisme général.

 

Cette réunion a été appelé la « Rencontre Pan-chrétienne. » Ce qui est intéressant c’est que, dans son encyclique Mortalium Animos, le pape Pie XI a décrit les hérétiques qui avaient promu l’indifférentisme religieux en ces termes « Ces pan-chrétiens … «  (24)

Certaines des choses qui se sont produites au cours de la réunion pan-religieuse de Jean-Paul II, en octobre 1999, ont inclus : un dévot Indien d’Amérique au centre de la place Saint-Pierre au coucher du soleil faisant la « bénédiction des quatre coins de la Terre, » et les musulmans qui avaient étalé le journal du Vatican et priaient à genoux vers la Mecque. (25)

 

 

Pape Léon X, cinquième concile de Latran, Session 9, 5 mai 1514 : « Le rituel, au moyen d’enchantements, la divination, les superstitions et l’invocation des démons, est interdit par les lois civiles et les sanctions des canons sacrés. » (26)

 

L’antipape Jean-Paul II a renouvelé la renconre d’Assise, baptisée Assise 2 en 2002

 

Jean-Paul II a tenu une autre réunion de prière païenne dans la ville d’Assise, en Italie, une répétition de l’événement abominable qui avait eu lieu en 1986. Toutefois, cette rencontre d’Assise devait être encore pire.

 

 

Lors de la réunion de prière d’Assise II, le représentant de chaque fausse religion a été autorisé à venir sur la chaire et donner un sermon sur la paix mondiale. En présence de Jean-Paul II, un grand prêtre  vaudou vint sur la chaire en dehors de la basilique de Saint-François et a donné la bénédiction du vaudou pour la paix mondiale (les vaudouistes, souvenez-vous, sont des sorciers). Par conséquent, par l’arrangement de Jean-Paul II, à partir d’une chaire à l’extérieur de la basilique historique de Saint-François, un sorcier a été autorisé à donner un sermon et à donner sa bénédtion pour la paix du monde ! Cela impliquait d’égorger des chèvres, des poulets, des tourterelles et des pigeons, en drainant le sang de leurs artères. 

 

La femme hindoue dit à toute la foule que tout le monde est Dieu, ce que Jean-Paul II regardait. Après que le Juif, le bouddhiste, le musulman, l’hindou, le sorcier et les autres aient achevé leur prédication, les divers faux chefs religieux ont été répartis dans différentes salles pour prier leurs faux dieux. 

 

 

Jean-Paul II avait arrangé à l’avance que chaque fausse religion recoive une salle séparée dans laquelle adorer le diable.

 

 

 

Toutes les crucifix ont été retirés, et les crucifix qui ne pouvaient pas être enlevés ont été couverts. Jean-Paul II a fait en sorte que les infidèles, les sorciers et les païens ne voient aucun signe de Jésus-Christ. 

 

Les musulmans avaient besoin d’une salle faisant face à l’Est vers la Mecque, et elle leur a été donnée. Les zoroastriens avaient besoin d’une salle avec une fenêtre, de sorte que la fumée des copeaux de bois qu’ils brûlaient au diable puisse sortir par elle – et elle leur a été donnée. Les Juifs voulaient une salle qui n’avait jamais été bénie, en d’autres mots, une qui n’avait jamais été bénie au nom de Jésus-Christ, et Jean-Paul II leur en a fourni une. Cette grande abomination, ce blasphème et ce rejet du vrai Dieu ne peuvent presque pas être imaginés. 

 

Concile d’Elvire, 305 : « Il a été décrété que ceux qui à l’âge adulte après avoir reçu le baptême doivent aller dans les temples païens adorer les idolesce qui est un crime mortel et le sommet de la méchanceté, ne doivent pas être admis à la communion même à la mort. « (27) 

 

Comme on le voit à partir de ce concile régional, dans l’Église primitive entrer dans un temple païen (Jean-Paul II l’a fait en Thaïlande) adorer les idoles a été considéré comme le sommet de la méchanceté. Cela représentait une apostasie de la foi telle que ceux qui même s’étaient repentis de cela n’étaient pas admis à la confession (pas communier). Si aller dans un temple païen était considéré comme l’apostasie grave, que diraient-ils d’un chef présumé de l’Eglise qui transforme les églises catholiques elles-mêmes en temples païens de sorte que les païens puissent adorer de faux dieux en elles ? Ils auraient sans doute considérer cela le sommet de l’apostasie. 

 

Pape Pie XI, Ad Salutem Humani (n° 27), 20 Avril, 1930 : «… toutes les contraintes et la folie, tous les outrages et la luxure, sont introduits dans la vie de l’homme par les démons par le culte des faux dieux.  » (28)

 

VIII L’apostasie de Jean-Paul II avec les musulmans

 

Le 14 mai 1999, Jean-Paul II salua et embrassa le Coran. Le Coran est le livre «saint» des musulmans qui blasphème la Très Sainte Trinité et nie la divinité de Jésus-Christ. Vénérer le livre saint d’une fausse religion a toujours été considéré comme un acte d’apostasie – un rejet complet de la vraie religion. Que les gens puissent voir un tel acte honteux d’apostasie par l’antipape Jean-Paul II, et l’appeler encore un «Pape», est parfaitement déboussolant. Cet acte seul fait de Jean-Paul II un apostat, car il est équivalent à l’adoration au tombeau de Mahomet, que saint Thomas souligne que cela en ferait un apostat.

 

Saint Thomas d’Aquin, Somme Théologique, Pt. II, Q. 12, A. 1, Obj. 2 : «… si quelqu’un allait au … culte sur la tombe de Mahomet, il serait réputé un apostat. » 

 

Au cours de sa visite en Allemagne le 17 novembre 1980, Jean-Paul II a encouragé les musulmans : « Vivez votre foi aussi dans une terre étrangère … » (29)

 

En février 2000, Jean-Paul II a rencontré  «Grand Cheikh» musulman Mohamed. Jean-Paul II a commis un autre acte d’apostasie dans son discours aux musulmans. 

 

Jean-Paul II, Message pour le «Grand Cheikh Mohammed», 24 février 2000 : «L’islam est une religion. Le christianisme est une religion. L’islam est devenu une culture. Le christianisme est devenu aussi une culture … Je remercie votre université, le plus grand centre de la culture islamique. Je remercie ceux qui développent la culture islamique …  » (30)

 

Jean-Paul II a remercié ceux qui développent la culture islamique ! Il a remercié les infidèles pour le développement d’une culture qui nie la divinité de Notre Seigneur Jésus-Christ, la Trinité et la foi catholique à une échelle massive, et cet antipape maintient par là des centaines de millions dans l’obscurité du Diable. De toutes les mauvaises choses dans le monde que l’on peut penser, la culture islamique se classe probablement dans le top cinq des plus mauvaises.

 

Pape Calixte III : «Je fais le voeu de … exalter la vraie foi, et d’extirper la secte diabolique des réprouvés et infidèles de Mahomet [l’Islam] dans l’Est. » (31)

 

Le moyen âge a connu un combat spirituel et physique constant entre l’Occident chrétien et les hordes islamiques. Cette déclaration de Jean-Paul II constitue un rejet de Jésus-Christ et l’apostasie formelle. Aucun catholique ne pourrait jamais faire une telle déclaration, même une seule fois.

Jean-Paul II a demandé à Saint Jean-Baptiste de protéger l’islam !

Le 21 Mars 2000, Jean-Paul II a demandé à Saint Jean-Baptiste de protéger l’islam (la religion des musulmans), qui nie le Christ et la Trinité, et maintient des centaines de millions d’âmes dans les ténèbres du Diable. 

 

Jean-Paul II, le 21 mars 2000 : «Que saint Jean-Baptiste protège l’islam et tous les gens de la Jordanie … » (32)

 

C’est demander à Saint Jean-Baptiste de protéger la négation du Christ et la damnation des âmes.

 

 

Le 12 Avril 2000, Jean-Paul II a rencontré le Roi du Maroc, un descendant du faux prophète de l’islam, Mahomet. Jean-Paul II lui a demandé : « Vous êtes un descendant du Prophète, n’est-ce pas ?  » (33)

 

Jean-Paul II a enseigné que les musulmans et les catholiques ont le même Dieu


Dans 
vatican 2, nous avons couvert l’enseignement hérétique de Vatican II selon lequel les catholiques et les musulmans adorent ainsi le seul vrai Dieu. Jean-Paul II a répété cette hérésie de Vatican 2 un nombre de fois innombrable. 

 

Jean-Paul II, Encyclique sur les préoccupations sociales (N° 47), 30 décembre 1987 : «… les musulmans qui, comme nous, croient dans le Dieu juste et miséricordieux.  » (34)

 

Jean-Paul II, Homélie, le 13 octobre 1989 : « … les adeptes de l’islam . qui croient dans le même Dieu bon et juste.  » (35)

 

Jean-Paul II, Homélie, le 28 janvier 1990 : «… nos frères et sœurs musulmans … qui adorent comme nous le faisons le Dieu unique, miséricordieux.  » (36)

 

Jean-Paul II, Audience générale, le 16 mai 2001 : «… les croyants de l’Islam, à qui nous sommes unis par l’adoration du Dieu unique.  » (37)

 

Jean-Paul II, Audience générale, le 5 mai 1999 : «Aujourd’hui, je tiens à répéter ce que j’ai dit aux jeunes musulmans il y a quelques années à Casablanca : Nous croyons au même Dieu … » (38)

 

C’est le blasphème et l’apostasie. Les musulmans rejettent la Très Sainte Trinité. Ils n’adorent pas le seul vrai Dieu. En affirmant que les musulmans et les catholiques croient au même Dieu, encore et encore, Jean-Paul II a rejeté la Très Sainte Trinité, encore et encore. En outre, on est frappé par la précision avec laquelle Jean-Paul II (tout comme Vatican II) a rejeté Jésus-Christ dans beaucoup de ces citations. Par exemple : 

 

Jean-Paul II, nouveau catéchisme (paragraphe 841) : «… les musulmans; professent avoir la foi d’Abraham, et avec nous, ils adorent le Dieu unique et miséricordieux, juge des hommes au dernier jour.  » (39)

 

Ici, nous trouvons l’enseignement de la catéchèse de Jean-Paul II selon leqquel le dieu des musulmans (qui n’est pas Jésus-Christ) jugera l’humanité au dernier jour. Cela signifie que ce ne sera pas Jésus-Christ qui jugera l’homme au dernier jour, mais plutôt le dieu que les musulmans adorent qui le fera. C’est un déni de la seconde venue de Jésus-Christ venant juger les vivants et les morts. 

 

Pape saint Damase, Concile de Rome, 382, Can. 15 : «Si quelqu’un ne dit pas qu’Il Jésus-Christ … viendra juger les vivants et les morts, il est un hérétique. » (40)

IX | L’apostasie de Jean-Paul II avec les Juifs

Le 13 Avril 1986, Jean-Paul II s’est rendu à la synagogue de Rome.

 

 

Jean-Paul II arrivant à la synagogue juive, le 13 Avril, 1986

 

Ici, nous voyons Jean-Paul II à la synagogue juive de Rome en 1986, où il a pris part au culte juif. En prenant part à un culte juif, Jean-Paul II a commis un acte d’apostasie, il a montré qu’il était un hérétique manifeste et un apostat. A notre avis, Jean-Paul II a été accueilli par le rabbin comme s’ils s’étaient perdus de vue depuis longtemps comme des meilleurs amis. Pendant le culte à la synagogue, Jean-Paul II avait la tête baissée comme les Juifs quand ils ont prié la venue de leur « Messie ». 

Jean-Paul II à la synagogue des Juifs

 

Jean-Paul 2 et l’hérésie selon laquelle l’ancienne alliance n’a jamais été révoquée

 

Cette incroyable acte d’apostasie de Jean-Paul II était directement lié à son enseignement hérétique selon lequel l’Ancienne Alliance est toujours en vigueur. L’Eglise catholique enseigne qu’avec la venue de Jésus-Christ et la promulgation de l’Evangile, l’Ancienne Alliance (qui est l’accord conclu entre Dieu et les Juifs à travers la médiation de Moïse) a cessé et a été remplacée par la Nouvelle Alliance de Notre-Seigneur Jésus-Christ. Il est vrai que certains aspects de l’Ancienne Alliance sont toujours valables, car ils sont inclus dans la nouvelle et éternelle Alliance de Jésus-Christ, comme les Dix Commandements, mais l’Ancienne Alliance par elle-même (l’accord entre Dieu et le peuple juif) a cessé avec la venue du Messie. Par conséquent, dire que l’Ancienne Alliance est toujours valide est affirmer que le judaïsme est une religion vraie et que Jésus-Christ n’est pas vraiment le Messie. C’est également nier le dogme catholique défini, comme l’enseignement du Concile de Florence, qui définit ex cathedra que l’ancienne loi est morte et que ceux qui tentent de la pratiquer (à savoir, les Juifs) ne peuvent pas être sauvés. 

 

Pape Eugène IV, Concile de Florence, 1441, ex-cathedra : «La sainte Église romaine croit fermement, professe et enseigne que la question relative à la loi de l’Ancien Testament, la loi mosaïque, qui est divisées en cérémonies, rites sacrés, sacrifices , et sacrements … après la venue de notre Seigneur … a cessé, et les sacrements du Nouveau Testament ont commencé … Ceux, donc, qui, après ce moment (la promulgation de l’Evangile) observent la circoncision et le sabbat et les autres exigences de la loi, la sainte Église romaine les déclare étrangers à la foi chrétienne et pas le moins du monde aptent à participer au un salut éternel ». (41)

 

Le pape Benoît XIV a réitéré ce dogme dans son encyclique Ex Quo Primum .

 

Pape Benoît XIV, Ex Quo Primum (n° 61) : «La première considération est que les cérémonies de la loi mosaïque ont été abrogées par la venue du Christ et qu’elles ne peuvent plus être observées sans péché après la promulgation de l’Evangile.  » (42)

 

Pape Pie XII, Mystici Corporis Christi (s ‘# 29-30), le 29 Juin 1943 : «Et d’abord, par la mort de notre Rédempteur, le Nouveau Testament a pris la place de l’ancienne loi qui avait été abolie … sur le gibet de sa mort Jésus a abrogé la Loi avec ses décrets [Eph. 2, 15] … instituant le Nouveau Testament dans son sang versé pour la race humaine tout entière. A tel point, alors, dit saint Léon le Grand, en parlant de la croix de notre Seigneur, qu’était effectué là un transfert de la Loi à l’Evangile, de la Synagogue à l’Eglise, de nombreux sacrifices à une victime, que, «comme notre Seigneur a expiré, ce voile mystique qui fermait la partie la plus profonde du temple et son secret s’était déchiré violemment de haut en bas. Sur la Croix, l’ancienne loi est morte, qui sera bientôt enterrée et cessera d’être une porteuse de mort … » (43)

Jean-Paul II a répudié plusieurs à reprises ce dogme, en paroles et en actes – un dogme enseigné par l’Église catholique depuis 2000 ans, défini infailliblement par le Concile de Florence, et clairement affirmé par les papes Benoît XIV et Pie XII. 

 

Dans une adresse aux Juifs de Mayence, en Allemagne de l’Ouest, le 17 novembre 1980, Jean-Paul II a parlé de  » l’Ancienne Alliance, jamais révoquée par Dieu …  » (44)

 

Pape Benoît XIV, Ex Quo Primum (n° 59), 1er mars 1756 : « Cependant, ils ne tentent pas d’observer les préceptes de l’ancienne loi qui, comme tout le monde sait a été révoquée par la venue du Christ.  » (45)

 

Nous voyons ici que le pape Benoît XIV condamne l’hérésie enseigné par Jean-Paul II, que l’Ancienne Alliance n’a jamais été révoquée par Dieu ! 

 

En fait, Jean-Paul II enseigne la même hérésie sur l’Ancienne Alliance dans son nouveau catéchisme, encore une fois directement opposée au dogme catholique. 

 

Jean-Paul II, Nouveau Catéchisme de l’Église catholique, paragraphe 121 : « … l’Ancienne Alliance n’a jamais été révoquée.  » (46)

Incroyable message de Jean-Paul II en commémoration de la synagogue

Jean-Paul II, Message au grand rabbin de Rome, le 23 mai 2004 : « Pour le plus distingué Dr Riccardo Di Segni, Grand Rabbin de Rome, Shalom ! Avec une joie profonde, je me joins à la communauté juive de Rome qui célèbre le centenaire [100e anniversaire] de la Grande Synagogue de Rome, un symbole et un rappel de la présence millénaire dans cette ville du peuple de l’Alliance du Sinaï. Pour plus de 2000 ans votre communauté a été une partie intégrante de la vie dans la ville ; elle peut se vanter d’être la plus ancienne communauté juive d’Europe occidentale et d’avoir joué un rôle important dans la diffusion du judaïsme sur ce continent. La commémoration d’aujourd’hui, donc, acquiert une signification particulière … Comme je suis incapable d’y assister en personne, j’ai demandé à mon Vicaire général Camillo Ruini, de me représenter, il est accompagné par le cardinal Walter Kasper, président de la Commission du Saint-Siège pour les relations avec les Juifs. Ils expriment formellement mon désir d’être avec vous ce jour.

« En vous offrant mon salut respectueux, distingué Dr Riccardo Di Segni, j’étends ma pensée cordiale à tous les membres de la communauté, de leur président, M. Leone Elio Paserman, et à tous ceux qui sont réunis pour assister une fois de plus à l’importance et la vigueur de son patrimoine religieux, qui est célébrée chaque samedi à la grande synagogue de Rome … La célébration d’aujourd’hui, pour laquelle nous nous joignons tous facilement dans la joie, rappelle le premier siècle de cette synagogue majestueuse. Elle se trouve sur les rives du Tibre, témoignage par l’harmonie de ses lignes architecturales de la foi et à la louange du Tout-Puissant. La communauté chrétienne de Rome, par le Successeur de Pierre, se joint à vous pour remercier le Seigneur pour cette heureuse occasion [le 100e anniversaire de la synagogue !]. Comme je l’ai dit lors de la visite, je’ lai mentionné, nous vous saluons comme nos «frères bien-aimés» dans la foi d’Abraham, notre patriarche … vous continuez à être les premiers-nés du peuple de l’Alliance (Liturgie du Vendredi Saint, Prière universelle, Pour le peuple juif) …

[Ces relations amicales] nous unissent dans la mémoire des victimes de la Shoah [Juifs décédés qui n’ont pas acceptés le Christ], en particulier ceux qui ont été arrachés à leur famille et de votre bien-aimée communauté juive de Rome en Octobre 1943 et internés à Auschwitz. Que leur mémoire soit bénie et nous incite à travailler en tant que frères et sœurs …

… l’Eglise n’a pas hésité à exprimer sa profonde tristesse pour les «échecs de ses fils et filles de tous les temps» et, dans un acte de repentance, a demandé pardon pour leur responsabilité liée en aucune façon avec les fléaux de l’anti-judaïsme et l’anti – l’antisémitisme …

Aujourd’hui … nous adressons une prière fervente à l’Éternel, le Dieu de Shalom, afin que l’inimitié et la haine ne puissent plus dominer ceux qui s’adressent à notre père Abraham – juifs, chrétiens et musulmans …

«Notre réunion d’aujourd’hui est, pour ainsi dire, en préparation de votre solennité imminente de Chavouot et de notre Pentecôte qui proclament la plénitude de nos célébrations pascales respectifs. Que ces fêtes nous voient unis dans la prière pascale de David Hallel ». (L’Osservatore Romano, 2 Juin, 2004, p. 7.)

 

Voici un bref résumé du message de Jean-Paul II, de l’année 2004, en commémoration de la synagogue :

1) Il se joint à la communauté juive pour la commémoration du 100e anniversaire de la synagogue – l’apostasie.

 

2) Il dit que cette communauté juive peut se vanter d’être la plus ancienne synagogue d’Europe occidentale et d’avoir propagé le judaïsme – l’apostasie totale.

 

3) Il exprime formellement son désir qu’il aurait pu être commémorant avec eux, dans la synagogue. – apostasie.

 

4) Il loue l’importance et la vigueur de la religion qui est célébrée chaque samedi à Rome – l’apostasie. Le mot «vigueur» signifie «la force ou l’énergie physique active ; florissante condition physique, la vitalité, la force mentale ou morale, la force ou l’énergie». Ainsi, il leur dit de nouveau que leur alliance avec Dieu est valide, florissante, en vigueur.

 

5) Au nom de l’ensemble de la Communauté chrétienne de Rome, comme le supposé «successeur de saint Pierre», il a formellement rendu grâce au Seigneur pour les 100 ans de la synagogue ! – L’apostasie !

 

6) Il salue les Juifs comme des frères bien-aimés de la foi d’Abraham, ce qui est un autre déni total du Christ, comme l’Écriture l’enseigne, que seuls ceux qui sont du Christ ont la foi d’Abraham.

 

Galates 3, 14 :  » Que la bénédiction d’Abraham eût pour les païens son accomplissement en Jésus-Christ : que nous puissions recevoir la promesse de l’esprit par la foi. « 

 

Galates 3, 29 :  » Et si vous être du Christ ; alors vous êtes la postérité d’Abraham. « 

 

Pape saint Grégoire le Grand (+ 590 c.) : « … si vous êtes à Christ, vous êtes la postérité d’Abraham (Galates 3, 29). Si nous en raison de notre foi dans le Christ sommes réputés les enfants d’Abraham, les Juifs donc à cause de leur perfidie ont cessé d’être sa postérité « . (47)

 

Pape saint Léon le Grand, Lettre dogmatique à Flavien (449), à lire au Concile de Chalcédoine (451), ex-cathedra : «Les promesses ont été faites à Abraham et à sa postérité. Il n’a pas dit «à ses postérités» – comme se référant à la multiplicité – mais à une seule, «et à ta postérité», qui est le Christ (Gal. 3, 16)  » . (48)

 

7) Il affirme que les Juifs «continuent d’être les premiers-nés dupeuple de l’Alliance», citant la prière du Vendredi Saint de la Nouvelle Messe, pour que les Juifs « continuent » dans la fidélité à l’Alliance de Dieu. Jean-Paul II enseigneme de manière flagrante, une fois de plus, que ce Pacte des Juifs avec Dieu est toujours valable – grosse hérésie.

 

8) Il commémore ceux qui sont morts en tant que Juifs et dit que leur mémoire doit être bénie – hérésie.

 

9) Au nom de « l’Eglise », il se repent de tout anti-judaïsme – apostasie. Cela comprend le dogme anti-juif de l’Église selon lequel les Juifs qui meurent sans conversion au catholicisme vont en enfer, et par conséquent doivent être convertis pour être sauvés. Il se moquait juste de Notre Seigneur et de l’Église.

 

Ce discours se situe juste à côté du sommet des blasphèmes et des hérésies de Jean-Paul II. Jean-Paul II était totalement en faveur du refus du Christ, il a clairement enseigné que l’Ancienne Alliance est encore valide ; il a totalement renié Jésus-Christ et la foi catholique, il a mis son apostasie tout droit à la face du monde. Ceux qui soutiennent que cet hérétique manifeste et apostat était catholique, tout en étant conscient de ces faits, et refusent de le dénoncer comme hérétique, sont vraiment des ennemis de Dieu.

1 Jean 2, 22 : «Qui est menteur, sinon celui qui nie que Jésus est le Christ ? Il est l’antichrist, qui nie le Père et le Fils».

Il est à noter également, que Jean-Paul 2 avait vraisemblablement des ascendances juives (Lire « Jean-Paul 2 Bienheureux ? Jamais » de Don Luigi Villa)

Son meilleur ami, Jerzy Kluger étatit juif, et il n’a, bien évidemment, jamais essayé de la convertir. Déjà jeune, Woytila était gardien de but dans une équipé de football juive, pour se sentir « plus juif » et jouait contre des catholiques.

Jean-Paul 2 a fait tenir un concert au vatican en souvenir de l’holocauste

Le concert a commencé avec « Kol Nidre, » la prière chantée le « saint » jour du calendrier juif. Quelques-uns des nombreux Juifs présents ont également allumé des bougies au cours de la cérémonie, qui est rapidement devenue un service religieux juif au Vatican. Après le concert Levine a fait remarquer : 

 

« C’était comme si j’étais dans un service liturgique juif au Vatican. C’était une nuit de prière … de prière juive « . (49)

 

Après le concert, Jean-Paul II a appelé Levine (le chef d’orchestre juif – son ami personnel) à recevoir la Chevalerie Vaticane. Levine est devenu un Chevalier Commandeur de l’Ordre équestre de Saint-Grégoire le Grand. Jean-Paul II a choisi le « Cardinal » Lustiger de Paris de lui accorder cet honneur. Lustiger lui-même, qui a été élevé Juif, a déclaré dans une interview en 1981 : « Je suis un Juif. Pour moi, les deux religions sont un. » (50) L’honneur que Jean-Paul II avait donné à Levine est l’un des plus haut qui peut être reçu par des laïcs. 

Notez que Gilbert Levine a voulu utiliser la musique de l’ex-Juif, Mahler, pour le concert, mais Jean-Paul II l’en a découragé il en soulignant que Mahler était un Juif qui s’est converti au catholicisme !

Gilbert Levine a révélé toute la profondeur de l’apostasie de Jean-Paul II dans une interview à Larry King Live, le 4 Avril 2005.

Lors d’une interview sur CNN, Larry King Live, le 4 Avril 2005, Gilbert Levine a révélé que Jean-Paul II :

– a envoyé à chacun de ses fils des lettres pour les féliciter pour leurs bar-mitsva ;

– que Jean-Paul II lui-même a donné à sa famille une menorah juive ;

– que Jean-Paul II avait demandé au «Cardinal» Kasper d’envoyer à Levine une lettre à l’occasion de la bar-mitsva qui était «incroyable», qui leur disait d’être fiers de leur héritage juif et de le vivre pleinement, et que la lettre était tellement juive que le rabbin a dit qu’elle était d’un rabbin, quand elle était en fait de Kasper à la demande de Jean-Paul II.

 

L’antipape Jean-Paul 2 a par ailleurs déclaré

«Je vénère … aussi ce lieu de culte [la synagogue], que les envahisseurs ont détruit.  » (51)

 

C’est une déclaration apostate. En vénérant la synagogue, Jean-Paul II vénère le refus des Juifs que Jésus-Christ est le Messie.

Jean-Paul II priant au Mur des Lamentations

 

Le 26 Mars 2000, Jean-Paul II a prié devant le Mur occidental à Jérusalem. Le Mur occidental est le vestige de pierre du Temple juif à Jérusalem qui a été détruit par les Romains en 70 après JC. Les Juifs prient au Mur occidental comme le « saint » site du judaïsme.

 

 

Jean-Paul II en prière au mur des Lamentations ou mur occidental à Jérusalem

 

La destruction du Temple en 70 après JC, ne laissant que le mur occidental, a toujours été compris par les catholiques pour signifier le jugement de Dieu sur les Juifs. La destruction du Temple a empêché les Juifs d’être en mesure d’offrir le sacrifice, ce qui signifie que leur religion était arrivée à une extrémité. La destruction du Temple était le signe puissant de Dieu aux Juifs que le Messie était venu, que l’Ancienne Alliance avait cessée, et que le Temple avait été remplacé par l’Eglise catholique.

 

Alors, quand un Juif prie au Mur occidental, ou y laisse une prière, c’est un déni que Jésus est le Messie, c’est une affirmation d’estime que l’Ancienne Alliance est toujours en vigueur, et c’est une tentative pitoyable et triste d’ignorer le signe très évident de Dieu que les juifs doivent abandonner le Temple détruit et entrer dans l’Église catholique.

 

Alors, quand Jean-Paul II lui-même a prié au Mur occidental en Mars 2000, il s’agissait d’une tentative pour valider le judaïsme. C’était un déni que Jésus-Christ soit le Messie, une indication qu’il considèrait que l’Ancienne Alliance est toujours en vigueur, et une parodie du signe clair de Dieu que les juifs doivent abandonner le Temple détruit et entrer dans l’Église catholique. Un commentateur éclairé a souligné que, lorsque Jean-Paul II a prié devant le Mur occidental, la plupart de la nation d’Israël le regardait à la télévision. Cela signifie que chaque Juif le regardant à la télévision a eu l’impression de la part de Jean-Paul II qu’il n’avait pas besoin de se convertir à Jésus-Christ, car le Christ n’est pas le Messie.

 

La prière que Jean-Paul II a laissé au Mur occidental demandait pardon pour les péchés contre le peuple juif. Ceci, quant on sait que les juifs persécutent les chrétiens et les sociétés chrétiennes depuis plus de 2000 ans..

Autres apostasie avec les Juifs pendant le règne de Jean-Paul II

 

À la fin de 2001, une Commission du Vatican sous Jean-Paul II a publié un livre intitulé Le peuple juif et les Saintes Écritures dans la Bible chrétienneL’ouvrage fait valoir que l’attente des Juifs pour la venue du Messie est toujours valable. Il est traité dans la partie sur Benoît XVI.

 

Le 12 Août 2002, les évêques américains en union avec Jean-Paul II ont publié un document sur ​​les Juifs. Mené par l’apostat notoire William Keeler de Baltimore, et sans une seule objection de Jean-Paul II, le document a publiquement déclaré : «… les campagnes qui ciblent des Juifs pour la conversion au christianisme ne sont plus théologiquement acceptables dans l’Eglise catholique. «  (52)

 

Tout cela prouve que Jean-Paul II et ses évêques ont été / sont des apostats complets de la foi catholique.

 

X | Hérésies incroyables de Jean-Paul II en matière de baptisés non-catholiques (les hérétiques et les schismatiques)

 

Nous avons déjà examiné et exposé en détail l’apostasie indéniable de Jean-Paul II avec le paganisme, l’islam et le judaïsme. Outre les nombreuses déclarations et les actes d’hérésie et d’apostasie dans lesquels Jean-Paul II s’est engagé avec les fausses religions et non-chrétiennes, il y a aussi ses hérésies incroyables concernant les non-catholiques baptisés et leurs sectes hérétiques. Par exemple

 

Jean-Paul II a enseigné que les schismatiques n’ont pas besoin d’être convertis

 

 

Jean-Paul II dans la cathédrale syrienne « orthodoxe » de Saint-Georges avec le patriarche schismatique Ignace Zakka Ier en 2001 (53)

 

Jean-Paul II a enseigné que les schismatiques n’ont pas besoin d’être convertis

 

Jean-Paul II a enseigné que les schismatiques de l’Est (les soi-disant orthodoxes) n’ont pas besoin d’être converti à l’Église catholique. Pour donner un peu de fond : Les schismatiques de l’Est (les soi-disant «orthodoxes») rejettent le dogme de la papauté, ce qui signifie qu’ils rejettent l’autorité suprême de tous les fidèles papes dans l’histoire. Ils rejettent le dogme de l’infaillibilité papale : la vérité selon laquelle un pape enseigne infailliblement en parlant de la Chaire de Pierre. Ils rejettent le dogme de l’Immaculée Conception, ils refusent d’accepter les 13 derniers Conciles de l’Église catholique romaine, et ils permettent le divorce et le remariage.

 

Jean-Paul II, Homélie, le 23 mai 2002 : «Je tiens à répéter une fois de plus, honneur à vous aussi, l’Eglise orthodoxe sainte … » (54)

 

Dans son scandaleux Directoire pour l’application des principes et normes sur l’œcuménisme (# 125), Jean-Paul II a encouragé le culte interreligieux avec ces schismatiques de l’Est et a déclaré : «… toute idée de prosélytisme doit être évitée». (55) Comme nous le couvrons plus loin, Jean Paul II a approuvé le Directoire sur l’œcuménisme dans Ut Unum Sint # 58 et ailleurs.

 

Faire du prosélytisme est convertir quelqu’un. Ainsi Jean-Paul II a jugé que tout effort visant à convertir les schismatiques de l’Est devrait être évité. Voici les paroles d’un vrai pape catholique, le pape Benoît XIV, sur le même exact sujet.

 

Pape Benoît XIV, Allatae Sunt (n° 19), 26 Juillet 1755 : « Tout d’abord, le missionnaire qui tente avec l’aide de Dieu de ramener les schismatiques grecs et orientaux à l’unité doit consacrer tous ses efforts à l’objectif unique de les délivrer de doctrines en contradiction avec la foi catholique.  » (56)

 

Pape Benoît XIV, Allatae Sunt (n° 19) :  » Le seul travail confié au missionnaire est celui de rappeler l’Oriental à la foi catholique …  » (57)

 

On peut facilement voir la différence entre les deux religions : la religion catholique enseigne que tous ses enseignements doivent être acceptés et que les non-catholiques doivent être convertis. La religion non catholique de Jean-Paul II (la religion de Vatican II) enseigne que la foi catholique n’a pas de sens et que les non-catholiques ne devraient pas être convertis.

 

Walter Kasper, un membre de haut rang de l’Église de Vatican II, comprend cela très bien. Kasper a été fait « cardinal » et chef du Conseil du Vatican pour la promotion de l’unité des chrétiens par Jean-Paul II. Benoît XVI a confirmé Kasper dans son poste de chef du Conseil du Vatican pour la promotion de l’unité des chrétiens. Exprimant le point de vue à la fois de Jean-Paul II et de Benoît XVI, Kasper a déclaré :

 

« … Aujourd’hui, nous ne comprenons plus l’œcuménisme dans le sens d’un retour, par lequel les autres seraient «convertis» et reviendraient à être «catholiques». Cela a été expressément abandonné par le Concile Vatican II « . (58)

 

Des Catholiques ont été torturés et martyrisés parce qu’ils ont refusé de devenir schismatiques orientaux

 

Dans son encyclique de 1945, Orientales Omnes Ecclesias, le Pape Pie XII donne quelques exemples de catholiques dans l’histoire qui ont été torturés et tués parce qu’ils n’abandonnaient pas la fidélité à la papauté pour devenir schismatiques « orthodoxes » de l’Est. Saint Josaphat est un exemple célèbre, mais il y en a beaucoup d’autres. Saint Josaphat a converti de nombreux schismatiques de l’Est retournés à la foi catholique, il a été assassiné par eux à cause de ses efforts pour ramener les gens dans l’union avec la papauté.

 

Pape Pie XII, Orientales Omnes Ecclesias (n° 15), le 23 décembre 1945 : «Josaphat Kuntzevitch . … était célèbre pour sa sainteté de vie et de zèle apostolique, et était un intrépide champion de l’unité catholique, il a été pourchassé par haine amère et intention meurtrière par les schismatiques et le 12 Novembre 1623, il a été inhumainement blessé et tué par un halbred.  » (59)

 

Il y en a beaucoup d’autres qui ont été condamnés à une amende, flagellés, torturés, noyés et tués parce qu’ils ne voulaient pas devenir schismatiques orientaux.

 

Le pape Pie XII, Orientales Omnes Ecclesias (n° 20), le 23 décembre 1945 : « Ceux d’entre les fidèles qui ne sortaient pas de la vraie foi, et consciencieusement et intrépidement ont résisté à l’union avec l’Église [schismatique] dissidente imposée en 1875, ont été honteusement punis d’amendes et de flagellation et d’exil « .(60)

 

Le pape Pie XII, Orientales Omnes Ecclesias (n° 46), le 23 décembre 1945 : « La communauté ruthène reçu … une société noble de confesseurs et de martyrs. Pour préserver leur foi intacte et maintenir leur loyauté zélée pour les pontifes romains, ceux-ci ont pas hésité à supporter tous les types de travail et de difficultés, ou même d’aller volontiers à la mort … Josaphat Kuntzevitch … Il était le martyr exceptionnel de la foi et de l’unité catholique à cette époque, mais pas le seul, pas un peu du clergé et des laïcs ont reçu la même palme de la victoire après lui, certains ont été tués par l’épée, certains atrocement fouettés à mort, certains se sont noyés dans le Dniepr, passant ainsi de leur triomphe sur la mort au ciel  » . (61)

 

Le pape Pie XII, Orientales Omnes Ecclesias (n° 49), le 23 décembre 1945 : «En plus de tout cela une nouvelle et non moins amère persécution du catholicisme a commencé quelques années avant la partition de la Pologne. Au moment où les troupes de l’empereur de Russie avaient envahi la Pologne, de nombreuses églises de rite ruthène de catholiques ont été emmenées par la force des armes ;  les prêtres qui refusaient d’abjurer leur foi [et devenir schismatiques] ont été mis dans les chaînes, insultés, flagellés et jetés en prison, où ils ont souffert cruellement la faim, la soif et le froid « . (62)

 

Par son enseignement hérétique selon lequel les schismatiques « orthodoxes » ne sont pas hors de l’Eglise et n’ont pas besoin de conversion pour le salut, la secte Vatican II se moque complètement des saints et des martyrs qui ont souffert horriblement pour ne pas devenir schismatiques.

 


La déclaration de Balamand du Vatican avec les schismatiques de l’Est, approuvé par Jean-Paul II, rejette la conversion de ces non-catholiques comme «ecclésiologie périmée»

 

Le 24 Juin 1993, le Vatican a signé la Déclaration de Balamand avec les schismatiques de l’Est (la soi-disant «Église orthodoxe»). Dans ce Document de Balamand (cité ci-dessous), qui a été approuvé par Jean-Paul II, toute tentative de convertir les schismatiques de l’Est est rejetée comme « l’ecclésiologie périmée du retour à l’Eglise catholique ». Voici quelques passages de la Déclaration de Balamand étonnamment hérétique : 

Déclaration de Balamand de la secte Vatican II avec les «orthodoxes», n° 10, 1993 : « La situation ainsi créée engendra en effet tensions et oppositions. Progressivement, au cours des décennies qui suivirent ces unions, l’activité missionnaire tendit à inclure parmi ses priorités l’effort de conversion des autres chrétiens, individuellement ou en groupe, afin de «les ramener» à sa propre Eglise. Afin de légitimer cette tendance, source de prosélytisme, l’Eglise catholique a développé la vision théologique selon laquelle elle s’est présentée comme la seule à qui le salut a été confié. En réaction, l’Église orthodoxe, à son tour, en est venue à la même vision selon laquelle chez elle seule se trouvait le salut … « 

# 14-15 : « … Selon les paroles du Pape Jean-Paul II, l’effort œcuménique des Églises sœurs d’Orient et d’Occident, fondé dans le dialogue et la prière, est la recherche de la communion parfaite et totale qui n’est ni absorption ni fusion, mais une rencontre dans la vérité et l’amour (cf. Slavorum Apostoli, 27). 15. Bien que la liberté inviolable des personnes et de leur obligation de respecter les exigences de leur conscience soient protégées, dans la recherche pour rétablir l’unité, il n’est pas question de la conversion des personnes d’une église à l’autre afin d’assurer leur salut « .

22.  » L’action pastorale de l’Eglise catholique, latine ainsi qu’orientale, ne vise plus à avoir des fidèles d’une Église passer au-dessus de l’autre, c’est-à-dire, elle ne vise plus au prosélytisme parmi les orthodoxes. Elle vise à répondre aux besoins spirituels de ses propres fidèles et n’a aucune volonté d’expansion au détriment de l’Eglise orthodoxe. « 

30.  » Pour ouvrir la voie à des relations futures entre les deux Eglises, en dépassant l’ecclésiologie périmée du retour à l’Eglise catholique en rapport avec le problème qui est l’objet de ce document, une attention particulière sera accordée à la préparation des futurs prêtres et de tous ceux qui, de quelque manière, sont impliqués dans une activité apostolique exercée dans un endroit où l’autre Église a traditionnellement ses racines. Leur éducation doit être objectivement positive à l’égard de l’autre Église ». (http://www.cin.org/east/balamand.html)

 

C’est une hérésie incroyablement audacieuse ! Ce document, approuvé par les antipapes de Vatican II, est certainement l’une des pires hérésies de la secte Vatican II. Elle mentionne carrément, puis rejette totalement le dogme traditionnel de l’Eglise catholique selon lequel les schismatiques doivent être convertis à la foi catholique pour l’unité et le salut.

 

Jean-Paul II a appelé la Déclaration de Balamand une «nouvelle étape» qui «doit aider toutes les Églises locales orthodoxes et toutes les Églises catholiques locales, à la fois latine et orientale, qui vivent ensemble dans une seule région, à poursuivre leur engagement au dialogue de la charité et d’entamer ou de poursuivre des relations de coopération dans le domaine de leur activité pastorale». (63)

 

S’il vous plaît, notez en particulier les n° 14-15 qui stipulent que «dans la recherche pour rétablir l’unité, il n’est pas question de la conversion des personnes d’une église à l’autre afin d’assurer leur salut …» S’il vous plaît, notez le n ° 22, qui affirme que l’Eglise catholique «n’a pas de volonté d’expansion au détriment de l’Eglise orthodoxe», et le n ° 30 qui rejette au grand jour «l’ecclésiologie de retour à l’Eglise catholique». Remarquez combien tout cela rejette carrément le dogme catholique selon lequel les non-catholiques doivent revenir à l’Eglise catholique pour le salut et l’unité des chrétiens.

 

Pape Pie XI, Mortalium Animos (n° 10), le 6 janvier 1928 : «… l’union des chrétiens ne peut être promue que par la promotion de la conversion à la seule véritable Eglise du Christ de ceux qui sont séparés d’elle …  » (64)

 

Donc, il est un fait que Jean-Paul II et sa fausse secte rejettent mot pour mot le dogme de la foi catholique : l’unité des chrétiens n’est possible que par la conversion au catholicisme. Nous voyons ce rejet du dogme catholique de nouveau dans la citation suivante.

Plus d’incroyables hérésies de Jean-Paul II avec les schismatiques « orthodoxes » orientaux


Jean-Paul II, 
Homélie, le 25 janvier 1993 : « Le moyen de parvenir à l’unité des chrétiens, en effet, dit le document de la Commission pontificale pour la Russie, n’est pas le prosélytisme, mais le dialogue fraternel … » (65)

 

C’est donc un fait que Jean-Paul II enseigne que la foi de Rome ne doit pas être tenue par des non-catholiques, par conséquent, il ne peut être considéré comme tenant la vraie foi catholique.

 

Le pape Léon XIII, Satis Cognitum (n° 13), 29 juin 1896 : « Vous n’êtes pas considérés comme tenant la vraie foi catholique si vous n’enseignez pas que la foi de Rome doive être gardée « . (66)

 

Ceux qui affirment, ces faits devant le visage, que Jean-Paul II doit être considéré comme tenant la vraie foi catholique (en d’autres termes, s’il était un vrai pape catholique) nient cet enseignement de l’Eglise catholique.

 

Dans son encyclique sur les Saints Cyrille et Méthode (n° 27), Jean-Paul II a de nouveau indiqué que les schismatiques orientaux ne doivent pas être convertis à l’Église catholique. Il a déclaré que l’unité avec les schismatiques «n’est ni absorption ni fusion», (67) ce qui signifie pas de conversion. Comme nous l’avons vu ci-dessus, la Déclaration de Balamand avec les orthodoxes a effectivement cité cette phrase très proche de l’encyclique de Jean-Paul 2 sur les Saints Cyrille et Méthode pour prouver que les catholiques ne devraient pas convertir les orthodoxes.

 

Jean-Paul II a confirmé son hérésie dans d’innombrables réunions avec les schismatiques. Le 24 février 2000, Jean-Paul II a rencontré l’évêque non-catholique schismatique d’Alexandrie, le « pape » Shenouda III.

Réunion de Jean-Paul II avec l’évêque schismatique d’Alexandrie, qui se fait appeler le « pape » Shenouda III


Dans son message à l’évêque schismatique, Jean-Paul II l’a appelé «Votre Sainteté» et a déclaré :

 

Jean-Paul II, Message au « Pape » Shenouda III, 24 février, 2000 : «Je suis reconnaissant pour tout ce que vous avez dit, Votre Sainteté … Que Dieu bénisse l’Eglise du Pape Shenouda. Je vous remercie». (68)

 

En d’autres termes, Jean-Paul II a dit : «Que Dieu bénisse l’Eglise schismatique !» Il s’agit d’un rejet de la foi catholique. L’Ecriture nous dit expressément que nous ne pouvons pas dire « Dieu vous bénisse » aux hérétiques.

 

«Si quelqu’un vient à vous et n’apporte pas cette doctrine, ne le recevez pas dans votre maison, ni ne lui dites : Dieu vous bénisse». (II Jean 10)

 

En disant «Dieu vous bénisse» à une fausse église, on se pose contre Dieu pour multiplier et propager cette fausse secte.

 

 

Jean-Paul II et Théoctiste (le patriarche schismatique de Roumanie) dénonçant conjointement de convertir l’autre dans une déclaration commune en 2002


Le 12 Octobre 2002, Jean-Paul II et le patriarche schismatique de Roumanie ont dénoncé conjointement essayer de convertir l’autre dans une déclaration commune. Ils ont déclaré : «Notre objectif et notre désir ardent est la pleine communion, 
qui n’est pas l’absorption … » (69) Cela signifie pas de conversion. Jean-Paul II a fréquemment utilisé l’expression «ni absorption ni fusion» pour indiquer que l’unité avec les schismatiques n’est pas en les convertissant. Rappelez-vous, cette phrase très signifiante a été utilisée dans le Document de Balamand (cité plus haut) avec le schismatique « orthodoxe ».

 

Théoctiste, le patriarche schismatique de Roumanie, avait déjà révélé en 1999 que Jean-Paul II avait fait un don important à son Eglise non catholique. (70) Le service de Nouvelles Zenit et d’autres ont déclaré que la donation de Jean-Paul II au patriarche schismatique était de 100,000 $ !

 

« Le Clergé orthodoxe roumain a déclaré aujourd’hui que Jean-Paul II a fait don de 100 000 $ pour la construction d’une cathédrale orthodoxe ici qui pourra accueillir jusqu’à 2000 personnes, l’Agence France-Presse. » (71)

 

Le pape Innocent III, quatrième Concile de Latran, Constitution 3 sur les hérétiques, 1215 : «De plus, nous déterminons à soumettre à l’excommunication les croyants qui reçoivent, défendent, ou soutiennent des hérétiques». (72)

 

Dans son discours le même jour que leur déclaration commune, Jean-Paul II a dit au patriarche schismatique Théoctiste :  » L’objectif est de parvenir à une … unité qui n’implique ni absorption ni fusion …  » (73)

 

Ainsi, Jean-Paul II a publiquement assuré ses auditeurs maintes et maintes fois que les catholiques ne devraient pas essayer de convertir les non-catholiques et que la foi catholique n’est pas nécessaire pour atteindre le salut.

 

Le pape Pie IX, Nostis et nobiscum (n° 10), 8 décembre 1849 : «En particulier, veiller à ce que les fidèles soient profondément et intimement convaincu de la vérité de la doctrine que la foi catholique est nécessaire pour atteindre le salut». (74)

 

En fait, dans la même adresse au patriarche schismatique de Roumanie, Jean-Paul II a fait cette déclaration incroyable :

 

« Pour sa part, l’Eglise catholique reconnaît la mission que les Eglises orthodoxes sont appelées à mener dans les pays où elles ont été enracinées depuis des siècles. Elle ne désire rien d’autre que d’aider cette mission …  » (75)

 

Voilà pour la papauté ! Voilà pour les 1000 dernières années de déclarations dogmatiques que les schismatiques rejettent ! Voilà pour le divorce et le remariage ! Et c’est bien, pour l’Eglise catholique, selon Jean-Paul II. Selon cette apostat, tout cela ne veut rien dire et en fait ne devrait pas être cru parce que « l’Eglise » ne désire rien d’autre que de garder ces gens dans le schisme et à l’extérieur de ses enseignements.

 

Le pape Grégoire XVI, 27 mai 1832 : « Ne vous y trompez, mon frère, si quelqu’un suit un schismatique, il n’atteindra pas l’héritage du royaume de Dieu» (76)

 

Le pape Léon XII, encyclique à tous les patriarches, primats, archevêques et évêques et Bulle du jubilé pour 1825, 24 mai 1824 :  » Nous abordons tous ceux qui sont encore retirés de la véritable Eglise et de la voie du salut. Dans cette joie universelle, une chose manque : laquelle … vous seriez sincèrement d’accord. La sainte mère Église, en dehors des enseignements de laquelle il n’y a pas de salut » (77)

 

Le pape Léon XII, Ubi Primum (n° 14), 5 mai 1824 : « Il est impossible pour le vrai Dieu, qui est la Vérité elle-même, le meilleur, le plus sage fournisseur, et le rémunérateur des bons hommes, d’approuver toutes les sectes qui professent de faux enseignements qui sont souvent incompatibles entre eux et contradictoires, et de conférer des récompenses éternelles pour leurs membres … par la foi divine nous détenons un seul Seigneur, une seule foi, un seul baptême … C’est pourquoi nous professons qu’il n’y a pas de salut hors de l’Eglise.  » (78)

 

Le pape Pie XI, Mortalium Animos (n° 11), 6 janvier 1928 : «L’Eglise catholique est la seule à garder le vrai culte … si quelqu’un n’y entre pas, ou si un homme sort d’elle, il est un étranger à l’espérance de la vie et du salut « . (79)

 

Ici, nous voyons Jean-Paul II et le patriarche schismatique Théoctiste assis sur des chaises de niveau égal


Pendant l’été 2003, Jean-Paul II a de nouveau répudié le prosélytisme pour les schismatiques orientaux.

 

Jean-Paul II, Ecclesia in Europa, Exhortation 28 Juin 2003 : « Dans le même temps, je tiens à assurer une fois de plus les pasteurs et nos frères et sœurs des Eglises orthodoxes que la nouvelle évangélisation n’est en aucun cas confondue avec le prosélytisme » (80)

 

Le pape Pie IX, Concile Vatican I, sess. 4, chap. 3, ex-cathedra : «En outre Nous enseignons et déclarons que l’Église romaine, par la disposition du Seigneur, détient la souveraineté du pouvoir ordinaire sur toutes les autres …C’est la doctrine de la vérité catholique à partir de laquelle on ne peut s’écarter et garder sa foi et le salut.  » (81)

 

Cette définition infaillible de Vatican I déclare que toute personne qui s’écarte du dogme de la papauté (que le pape de Rome détient le pouvoir souverain dans l’Eglise du Christ), comme les schismatiques « orthodoxes » et les protestants, ne peut pas garder sa foi et le salut. Pourtant, Jean-Paul II nous dit que les schismatiques orthodoxes et les protestants, non seulement peuvent garder leur foi et leur salut, tout en refusant la papauté, mais ne devraient pas croire à la papauté. Il était un hérétique complet qui a rejeté ce dogme de Vatican I.

 

Jean-Paul II déclare la communion et l’unité de la foi avec les sectes non-catholiques


Dans son encyclique Ut unum sint, Jean-Paul II a déclaré que son « église » est en communion avec les sectes non-catholiques, un nombre incroyable de fois, 16 fois, et il a déclaré qu’il a la même foi que les sectes non-catholiques 8 fois.

 

Jean-Paul II, Ut Unum Sint (n° 62), le 25 mai 1995, parlant du patriarche non-catholique et schismatique d’Ethiopie : « Lorsque le vénérable patriarche de l’Eglise éthiopienne, Abuna Paulos, m’a rendu visite à Rome le 11 juin 1993, nous avons souligné la profonde communion qui existe entre nos deux Eglises : « Nous partageons la même foi transmise par les Apôtres … de plus, nous pouvons affirmer que nous avons la même foi dans le Christ … » (82)

 

Pape saint Léon le Grand, Sermon 129 : «C’est pourquoi, depuis l’extérieur de l’Église catholique, il est rien de parfait, rien sans tache … nous ne sommes nullement comparé avec ceux qui sont divisés de l’unité du Corps du Christ ; nous sommes unis, pas dans la communion.  » (83)

 

Lorsque Jean-Paul II affirme qu’il a la même foi et la communion comme avec les des sectes non-catholiques, il affirme qu’il est un non-catholique.

Jean-Paul II a donné une relique au schismatique Karékine II, et il a déclaré que sa secte est la « jeune épouse du Christ »

 

Jean-Paul II a également donné à Karékine II, le chef de l’Eglise schismatique en Arménie, une relique de saint Grégoire l’Illuminateur.

Jean-Paul II donne une relique de saint Grégoire l’Illuminateur au chef de « l’Eglise » schismatique en Arménie

 

Jean-Paul II, Homélie au patriarche schismatique Karékine II, le 10 novembre 2000 : «… je suis ravi de remettre à Votre Sainteté une relique de saint Grégoire l’Illuminateur … La relique sera placée dans la nouvelle cathédrale en cours de construction … J’espère que la nouvelle cathédrale ornera avec encore plus de beauté l’Epouse du Christ en Arménie … » (84)

 

Saint Grégoire l’Illuminateur (257-332) était «l’apôtre de l’Arménie», celui qui a propagé la vraie foi chrétienne (la foi catholique) en Arménie :

 

«Travaillant en étroite collaboration, le roi Tiridate et saint Grégoire l’Illuminateur ont détruit tous les vieux temples païens en Arménie, à commencer par ceux de la déesse Anahit et du dieu Tir, qui avaient été nommés par le roi. Des Croix ont été érigées à leur place. Un très grand nombre de personnes ont été baptisées.  » (85)

 

En donnant la relique de ce grand apôtre chrétien d’Arménie aux des schismatiques, Jean-Paul II indiquait clairement qu’il considérait les schismatiques comme possesseurs de la vraie foi chrétienne – au lieu de la vraie foi de saint Grégoire l’Illuminateur. En outre, dans l’homélie ci-dessus, nous pouvons voir que Jean-Paul II a appelé l’Eglise schismatique orthodoxe « l’Epouse du Christ», un titre réservé à l’Église catholique !

L’hérésie de Jean-Paul II avec la secte anglicane

 

C’est parce que Margaret Clitherow a refusé d’accepter la secte anglicane et sa «messe» – mais a plutôt invité les prêtres catholiques dans sa maison contre les lois pénales – qu’elle a été martyrisée en étant écrasée à mort sous une grande porte chargée avec des poids lourds. Ce genre d’exécution est si douloureux qu’il est appelé « punition dure et sévère ». Elle a souffert tout cela parce qu’elle ne voulait pas accepter l’anglicanisme. La secte Vatican II, cependant, enseigne que les anglicans sont d’autres «chrétiens» qui n’ont pas besoin de conversion, et que les « évêques » invalides sont en fait de vrais évêques de l’Eglise du Christ. La secte Vatican II enseigne que son martyre était inutile.

 

Jean-Paul II se rend à la cathédrale anglicane et prend part au culte de la secte anglicane – hérésie formelle par acte

 

 

Jean-Paul II parlant à la cathédrale anglicane de Canterbury en 1982 101

 

Jean-Paul II se moque des Martyrs anglais par sa prière en commun avec l’Église anglicane avec « l’archevêque » de Canterbury de 1982

 

 

Jean-Paul II dans la prière commune avec le schismatique et hérétique « archevêque » de Canterbury (anglican), qui est juste un profane qui se pose comme un évêque

 

 

 

Le 29 mai 1982, dans la cathédrale anglicane, Jean-Paul II s’est agenouillé dans une « prière interreligieuse » avec « l’archevêque » de Canterbury, Robert Runcie, se moquant ainsi des martyrs de tant de saints catholiques, qui ont versé leur sang bravement plutôt que d’accepter la secte anglicane ou de participer à la fausse adoration.

 

Le pape Pie IX, Neminem Vestrum (n° 5), 2 février 1854 : «Nous voulons que vous sachiez que ces mêmes moines nous ont envoyé une splendide profession de foi et la doctrine catholique … Ils ont avec éloquence reconnu et reçu gratuitement les règlements et décrets que les papes et les congrégations sacrées ont publié ou publieraient – en particulier ceux qui interdisent la communicatio in divinis (communion en matière sainte) avec les schismatiques.  » (86)

 

Jean-Paul II a accordé la Croix pectorale au chef de la secte anglicane

 

En 2003, Jean-Paul II a accordé la croix pectorale à Rowan Williams, « l’archevêque » de Cantorbéry de « l’Église » anglicane.

 

 

Pour ceux qui ne le savent pas, la secte non-catholique anglicane n’a même pas de prêtres ou d’évêques valides. Le Pape Léon XIII a infailliblement déclaré que les ordinations anglicanes sont invalides.

 

Le pape Léon XIII, Apostolicae Curae, 13 septembre 1896, ex-cathedra : «… par Notre autorité, de Notre propre inspiration et une certaine connaissance Nous prononçons et déclarons que les ordinations adoptées selon le rite anglican ont été jusque-là et ne sont pas valides et sont entièrement vides …  » (87)

 

Les «prêtres» et «évêques» anglicans sont, par conséquent, des laïcs, en plus d’être hérétiques et schismatiques non-catholiques. Pourtant, après l’élection du nouvel « archevêque » anglican de Canterbury (Rowan Williams), Jean-Paul II a envoyé l’apostat Walter Kasper pour donner à ce profane non-catholique une croix pectorale et un télégramme d’approbation ! C’est tellement hérétique qu’il n’y a presque pas de mots pour le décrire.

 

« L’archevêque » anglican de Canterbury, Rowan Williams, à Jean-Paul II, le 4 octobre 2003 : « En 1966, le Pape Paul VI a donné à l’archevêque Michael Ramsey son anneau épiscopal, qui a été précieux par ses successeurs et que je porte aujourd’hui, je suis heureux de vous remercier pour le cadeau personnel d’une croix pectorale, qui m’a été envoyé à l’occasion de mon intronisation plus tôt cette année. Comme je l’ai pris pour mon nouveau ministère, j’ai apprécié profondément le signe d’une tâche partagée …  » (88)

 

La croix pectorale est un symbole catholique traditionnel de l’autorité épiscopale. En conférant la croix pectorale à l’apostat Rowan Williams – qui est aussi en faveur de l’ordination des femmes et de celle des homosexuels – Jean-Paul II, a non seulement catégoriquement nié par son acte la définition infaillible du pape Léon XIII selon laquelle les anglicane sont invalides, mais il a également fait une moquerie complète des dogmes catholiques sur la papauté et l’Église du Christ.

 

Ce qui rend cette action de Jean-Paul II encore plus incroyable, est le fait que Williams lui-même a été interdit de procéder à des services de «communion» dans 350 paroisses anglicanes pour son point de vue en faveur de l’ordination des femmes ! (89) Mais cela n’a pas empêché Jean-Paul II de pousser de l’avant l’apostasie.

 

Comme indiqué ci-dessus, au cours d’une rencontre avec Rowan Williams, Jean-Paul II a également embrassé sa bague, et a démontré encore une fois qu’il reconnaissait ce profane non-catholique comme évêque légitime dans l’Église du Christ. Jean-Paul II se moque de Jésus-Christ, de l’Eglise catholique et de tous les martyrs anglais qui ont subi d’horribles tortures pour avoir refusé d’abandonner le catholicisme et devenir anglicans. Par cet acte, Jean-Paul II a rejeté l’enseignement de l’Eglise catholique sur l’épiscopat, l’ordination, la succession apostolique et l’unité de l’Eglise.

 

Jean-Paul II est allé au temple luthérien

 

 

Jean-Paul II dans le temple luthérien en 1983
En 1983, Jean-Paul II a visité un temple luthérien pour le 500e anniversaire de la naissance de Martin Luther. C’est une autre action hérétique – participer à la cérémonie du culte d’une religion non catholique et célébrer un hérésiarque – ce qui prouve absolument que Jean-Paul II n’était pas catholique.

 

Jean-Paul II a salué Luther, Calvin, Zwingli et Hus


Jean-Paul II a également salué les plus grands ennemis que l’Église catholique ait jamais connu, y compris les révolutionnaires protestants Luther et Calvin. En octobre 1983 Jean-Paul II, parlant de Martin Luther, a déclaré : « 
Notre monde connaît encore aujourd’hui son grand impact sur ​​l’histoire». (90) Et le14 juin 1984, Jean-Paul II a salué Calvin comme un homme qui tentait de « faire l’Eglise plus fidèle à la volonté du Seigneur. » (91) Fréquenter, soutenir et défendre les hérétiques c’est être un hérétique. Vanter les pires hérétiques dans l’histoire de l’Église, comme Luther et Calvin, est au-delà de l’hérésie.

 

Pape Grégoire XVI, Encyclique, le 8 mai 1844 : « Mais plus tard, encore plus de soin a été nécessaire lorsque les luthériens et les calvinistes ont osé s’opposer à la doctrine immuable de la foi avec une presque incroyable variété d’erreurs. Ils ont laissé aucun moyen pour prévenir de tromper les fidèles avec des explications perverses des livres sacrés …  » (92)

 

Jean-Paul II a également salué les hérétiques notoires Zwingli et Hus. Il est même allé jusqu’à dire que Jean Hus, qui a été condamné comme hérétique par le concile de Constance, était un homme « d’intégrité personnelle infaillible » ! (93)

 

Jean-Paul II a approuvé l’Accord Vatican-luthérien sur la justification

 

 

Le 31 octobre 1999, le « Cardinal » Edward Cassidy et «l’évêque» luthérien Christian Krause se serrent la main lors de la signature de la Déclaration commune sur la doctrine de la justification à Augsburg, en Allemagne. Cet accord, qui a été approuvé par Jean-Paul II, enseigne : que justification vient par «la foi seule» (annexe 2, C) ; que les Canons du Concile de Trente ne s’appliquent plus aux luthériens (# 13) et que personne dans l’enseignement luthérien dans la déclaration commune, y compris l’hérésie de la justification par la foi seule et de nombreux autres hérésies luthériennes, n’est condamné par Trente (n° 41). En bref, cet accord entre « l’Eglise » de Jean-Paul II et la secte luthérienne rejette catégoriquement le Concile dogmatique de Trente. Il s’agit d’une véritable déclaration que la secte de Jean-Paul II est une secte protestante. (Un peu plus loin, il y a un paragraphe sur cet accord étonnamment hérétique.)

 

Jean-Paul II, le 19 janvier 2004, lors d’une réunion avec les luthériens de Finlande : «… je tiens à exprimer ma gratitude pour le progrès œcuménique fait entre catholiques et luthériens dans les cinq années depuis la signature de la Déclaration conjointe sur la doctrine de la Justification.  » (94)

Jean-Paul II a enseigné que les non-catholiques peuvent recevoir la communion

Jean-Paul II a enseigné que les non-catholiques peuvent légalement recevoir la Sainte Communion. Le Canon 844.3 de son Code de droit canonique de 1983 stipule que :

 

« Les ministres catholiques peuvent licitement administrer les sacrements de pénitence, d’Eucharistie et d’onction des malades aux membres des Églises orientales qui n’ont pas la pleine communion avec l’Église catholique … » (95)

 

L’idée que les non-catholiques puissent légalement recevoir la Sainte Communion ou les autres sacrements est contraire à l’enseignement de 2000 ans de l’Eglise catholique.

 

Pape Pie IX, Encyclique, 8 Avril, 1862 : «… celui qui mange de l’agneau et n’est pas membre de l’Eglise a profané ». (96)

 

Ce qui est particulièrement important dans cette hérésie de Jean-Paul II (qu’il est permis de donner la Sainte Communion aux non-catholiques) est le fait qu’elle apparaisse également dans son nouveau catéchismeparagraphe # 1401. Ce document a été promulgué par l’autorité dite apostolique suprême de Jean-Paul II. Dans sa constitution Fidei Depositum, Jean-Paul II a promulgué son nouveau catéchisme en utilisant son « autorité apostolique » pour déclarer qu’il s’agit d’une «norme sûre pour l’enseignement de la foi».

 

Jean-Paul II, Fidei Depositum, 11 octobre 11 1992 : «Le Catéchisme de l’Église catholique, que j’ai approuvé le 25 juin dernier et dont j’ordonne la publication aujourd’hui en vertu de mon autorité apostoliqueest un exposé de la foi de l’Eglise et de la doctrine catholique … Je déclare que ce soit une norme sûre pour l’enseignement de la foi.  » (97)

 

Le catéchisme de Jean-Paul II n’est pas une norme sûre pour l’enseignement de la foi. C’est une norme sûre pour l’enseignement de l’hérésie. Par conséquent, depuis que Jean-Paul II a prétendu déclarer de la Chaire de Pierre que son catéchisme est une norme sûre pour l’enseignement de la foi quand il ne l’est pas, nous savons qu’il n’est pas assis sur la chaire de Pierre. Un pape ne peut pas se tromper en parlant du Siège apostolique, qui est, avec son autorité apostolique de la Chaire de Pierre.

 

Pape Pie IX, Concile Vatican I, ex-cathedra : «. … dans le Siège Apostolique, la religion catholique a toujours été préservée intacte, et la sainte doctrine intègre.» (98)

 

Pape Pie IX, Concile Vatican I, ex-cathedra : «Alors, ce don de la vérité et de la foi ne manquant jamais a été divinement conféré à Pierre et à ses successeurs dans ce siège … » (99)

 

Cette hérésie – les non-catholiques sont autorisés à recevoir la Sainte Communion – a également été enseignée dans Vatican II, ce que nous avons déjà couvert. Jean-Paul II a également commenté cet enseignement avec approbation dans Ut Unum Sint :

 

Jean-Paul II, Ut Unum Sint (n° 58), le 25 mai 1995 : « … En raison des liens sacramentels très étroits entre l’Eglise catholique et l’Eglise orthodoxe … l’Eglise catholique a souvent adopté et adopte désormais une politique plus douce, offrant à tous les moyens de salut et un exemple de la charité entre chrétiens par la participation aux sacrements et dans d’autres fonctions et objets sacrés … Il ne faut jamais perdre de vue la dimension ecclésiologique de la participation aux sacrements, surtout l’Eucharistie « . (100)

 

Il note la « dimension ecclésiologique » de partage dans les sacrements avec les «orthodoxe». Cela implique qu’ils font partie de la même Église.

Jean-Paul II a enseigné que les sectes non-catholiques sont un moyen de salut, il a également enseigné que les sectes non-catholiques ont des saints et des martyrs


Jean-Paul II a enseigné à plusieurs reprises que les sectes non-catholiques ont des saints et des martyrs.

 

Jean-Paul II, Ut Unum Sint (n° 84), le 25 mai 1995, parlant d' »Eglises » non-catholiques : « Bien que de manière invisible, la communion entre nos communautés, même si elle est encore incomplète, est vraiment et solidement ancrée dans la pleine communion des saints – ceux qui, à la fin d’une vie fidèle à la grâce, sont en communion avec le Christ dans la gloire. Ces saints proviennent de toutes les Eglises et Communautés ecclésiales qui leur donnaient entrée dans la communion du salut.  » (101)

 

C’est une indéniable et claire hérésie manifeste. C’est un article de foi divine et catholique que ceux qui ne sont pas dans l’Église catholique, même s’ils versent le sang au nom du Christ, ne peuvent pas être sauvés.

 

Pape Eugène IV, Concile de Florence, ex-cathedra : «… personne, même s’il a versé le sang au nom du Christ, ne peut être sauvé, à moins qu’il soit resté dans le sein et l’unité de l’Eglise catholique.  » (102)

 

Ce dogme solennellement défini par Concile de Florence a été répété par le pape Pie XI :

 

Pape Pie XI, Divini Illius Magistri (n° 99), 31 déc 1929 : « Il se distingue visiblement dans la vie de nombreux saints, que l’Eglise, et elle seule, produit en eux ce qui est parfaitement réalisé dans le but de l’éducation chrétienne …  » (103)

 

Il est difficile d’imaginer un refus plus spécifique et explicite de ce dogme particulier comme Ut Unum Sint # 84 de Jean-Paul II (cité ci-dessus).

 

Pape Grégoire XVI, Summo Iugiter studio, le 27 mai 1832 : « Enfin certains de ces gens égarés tentent de se convaincre et d’autres que les hommes ne sont pas uniquement sauvés dans la religion catholique, mais que même les hérétiques peuvent atteindre la vie éternelle. «  (104)

 

 

Aussi, s’il vous plaît, notez que non seulement l’hérétique manifeste Jean-Paul II déclare dans Ut Unum Sint # 84 que des églises non catholiques ont des « saints » (hérésie claire), mais il va plus loin et déclare que ces sectes non-catholiques « leur ont donné leur salut » : «les Églises et Communautés ecclésiales qui leur donnaient entrée dans la communion du salut « .

 

Jean-Paul II, Ut Unum Sint (n° 1), le 25 mai 1995 :  » Le témoignage courageux de tant de martyrs de notre siècle, y compris les membres des Eglises et Communautés ecclésiales pas en pleine communion avec l’Église catholique, donne une nouvelle vigueur à la la demande du Concile et nous rappelle notre devoir d’écouter et mettre en pratique son exhortation.  » (105)

 

Jean-Paul II, Salvifici doloris (n° 22) 11 février 1984 : « La résurrection du Christ  a révélé «la gloire du siècle à venir» et, dans le même temps, a confirmé « la gloire de la croix » : la gloire est cachée dans la souffrance même du Christ et qui a été et est souvent reflétée dans la souffrance humaine, comme une expression de la grandeur spirituelle de l’homme. Cette gloire doit être reconnue non seulement dans les martyrs de la foi, mais dans beaucoup d’autres aussi qui, à certains moments, même sans la foi au Christ, ont souffert et donné leur vie pour la vérité et pour une juste cause. Dans les souffrances de tous ces gens la grande dignité frappante de l’homme est confirmée.  » (106)

 

Jean-Paul II, Angélus, 19 septembre 1993 : « Dans l’espace sans bornes de l’Europe de l’Est, l’Eglise orthodoxe trop peut bien dire à la fin de ce siècle ce que les Pères de l’Église avaient proclamé à la propagation initiale de l’Évangile : « Sanguis martyrum – semen Christianorum » [ le sang des martyrs est semence de chrétiens]. «  (107)

 

Jean-Paul II, Tertio millennio adveniente (n° 37), 10 novembre 1994 : «Le témoignage rendu au Christ jusqu’à l’effusion de sang est devenu un patrimoine commun aux catholiques, orthodoxes, anglicans et protestants, comme le Pape Paul VI l’a souligné dans son homélie pour la canonisation des Martyrs de l’Ouganda  » (108)

 

Jean-Paul II, Audience générale, 12 mai 1999 : «L’expérience du martyr rejoint les chrétiens de différentes confessions en Roumanie. Les orthodoxes, catholiques et protestants ont donné un témoignage unis au Christ par le sacrifice de leur vie.  » (109)

 

Tout cela est répété comme hérésie publique et formelle. Et dire que certains «traditionalistes» ont l’audace d’affirmer que Jean-Paul II n’a jamais nié un dogme ! C’est un outrage et un mensonge ! Cette hérésie seule, sans même tenir compte de toutes les autres, prouve qu’il n’était pas catholique. Cela prouve que Jean-Paul II a rejeté directement le dogme solennellement défini (du Concile de Florence ci-dessus) selon lequel les non-catholiques ne peuvent pas être sauvés même s’ils versent leur sang pour le Christ.

 

Pape Pélage II, lettre (2) dilectionis vestrae, 585 : «Ceux qui ne veulent pas être en accord dans l’Église de Dieu, ne peuvent pas rester avec Dieu ; bien que livrés à des flammes et des feux, ils brûlent, ou jetés aux bêtes sauvages, ils donnent leur vie, il n’y aura pas pour eux la couronne de la foi, mais la punition de l’infidélité, non un résultat glorieux (de la vertu religieuse), mais la ruine du désespoir. Une telle personne peut être tuée, elle ne peut pas être couronnée.  » (110)

 

Jean-Paul II a approuvé la pratique de filles d’autel

Jean-Paul II a également approuvé la pratique de filles enfants de chœur, une pratique qui a sévit dans les églises de Vatican II. La pratique de filles enfants de chœur a été condamnée comme mauvaise par le pape Benoît XIV, le pape Saint Gélase et le pape Innocent IV.

 

Pape Benoît XIV, Allatae sunt, 26 juillet 1755 : « Le pape Gélase dans sa neuvième lettre aux évêques de Lucanie a condamné la mauvaise pratique d’introduire des femmes qui servent le prêtre à la célébration de la messe. Alors que cet abus s’était propagé aux Grecs., Innocent IV l’a strictement interdit dans sa lettre à l’évêque de Tusculum : « Les femmes ne devraient pas oser servir à l’autel, elles devraient être totalement refusées à ce ministère. Nous aussi, nous avons interdit cette pratique dans les mêmes termes souvent répétés dans Notre constitution ... » (111)

 

Jean-Paul II a « canonisé » des gens qui ont embrassé les hérésies de Vatican II

Jean-Paul II a également « canonisé » des gens qui ont embrassé pleinement les hérésies de Vatican II, la nouvelle messe et l’indifférentisme religieux. C’est impossible pour un vrai pape de le  faire, car les canonisations faites par de vrais papes sont infaillibles. Cela sert à nouveau à prouver que Jean-Paul II n’était pas un vrai pape.

 

Jean-Paul II a condamné les croisades

Jean-Paul II a également condamné les croisades. Les croisades ont été solennellement approuvées par quatre conciles et plus de 10 papes, y compris le pape Urbain II, le pape Calixte II, le pape Alexandre III, le pape Calixte III, le pape Clément V et d’autres.

 

Jean-Paul II honoré par les francs-maçons

 

Jean-Paul II recevant le B’nai B’rith (Loge de franc-maçonnerie hébraïque de New York) le 22 Mars 1982

 

En Décembre 1996, la Loge de franc-maçonnerie italienne du Grand Orient a offert à Jean-Paul II sa plus grande distinction, l’Ordre de Galilée , comme une expression de gratitude pour les efforts qu’il a faits à l’appui des idéaux maçonniques. Le représentant de la franc-maçonnerie italienne a noté que Jean-Paul II méritait cet honneur parce qu’il avait promu «les valeurs de la franc-maçonnerie universelle : la fraternité, le respect de la dignité de l’homme, et l’esprit de tolérance, points centraux de la vie de vrais maçons». (112)

 

Jean-Paul II a présenté ses excuses à la Chine rouge


Le 24 octobre 2001, Jean-Paul II a présenté ses excuses à la Chine rouge. C’est exact : Jean-Paul II a présenté ses excuses au régime communiste satanique en Chine pour les torts supposés de catholiques ! Il a même fait l’éloge de la justice sociale de la Chine rouge.

 

Jean-Paul II, le 24 octobre 2001 : « L’Eglise catholique, pour sa part, considère avec respect cet élan surprenant et ces projets clairvoyants … L’Église a particulièrement à cœur des valeurs et des objectifs qui sont d’une importance primordiale pour la Chine moderne : la solidarité, la paix, la justice sociale …  » (113)

 

La justice sociale en Chine comprend la politique de l’enfant unique par famille, ce qui est imposé par l’avortement forcé et la contraception. Le gouvernement chinois abat des millions d’enfants chaque année, en plus d’emprisonnement, de torture et de meurtre de catholiques.

 

Jean-Paul II a déclaré que l’Eglise catholique et la Chine sont deux anciennes institutions qui «ne sont pas en opposition les unes aux autres». (114) La louange de la justice sociale de la Chine communiste est au-delà de l’hérésie, c’est satanique.

 

Jean-Paul II a promu la théorie de l’évolution

Le 22 octobre 1996, Jean-Paul II a déclaré que l’évolution est « plus qu’une simple hypothèse ».  (115) Cela indique qu’il considérait l’évolution pour vraie.

Jean-Paul II a dit que le Ciel, l’Enfer et le Purgatoire ne sont pas des lieux réels

Dans une série de discours de l’été 1999, rapportée dans le journal officiel du Vatican, Jean-Paul II a dit que le Ciel, l’Enfer et le Purgatoire ne sont pas des lieux réels.

L’antipape Jean-Paul 2 a tué pr là la Crainte de Dieu parmi ceux qui l’écoutaient, et c’est l’un de ses actes les plus destructeurs

 

Lors de son audience générale du 21 Juillet 1999, Jean-Paul II a dit que le ciel n’est pas une place réelle. (116)

 

Le 28 Juillet 1999, Jean-Paul II a dit  :

 

1) «C’est précisément cette situation tragique que la doctrine chrétienne explique quand elle parle de la damnation éternelle de l’enfer. Ce n’est pas une punition imposée de l’extérieur par Dieu, mais un développement de prémices déjà posés par les gens dans cette vie.  » (117)

 

2) «En utilisant des images, le Nouveau Testament présente le lieu destiné pour les méchants comme une fournaise ardente, où les gens ont «des  pleurs et des grincements de dents» … Les images de l’enfer que la Sainte Écriture nous présente doivent être correctement interprétées. Elles montrent toute la frustration et la vacuité de la vie sans Dieu. Plutôt qu’un lieu, l’enfer indique l’état de ceux qui librement et définitivement se séparent de Dieu, source de toute vie et de joie « . (118)

 

3) « La damnation éternelle demeure une possibilité réelle, mais il ne nous est pas accordé, sans révélation divine spéciale, la connaissance de l’existence ou dont les êtres humains sont effectivement impliqués dedans. La pensée de l’enfer – et encore moins l’utilisation abusive des images bibliques – ne doit pas créer de l’anxiété ou du désespoir, mais être un rappel nécessaire et salutaire de la liberté dans la proclamation que Jésus ressuscité a vaincu Satan, nous donnant l’Esprit de Dieu qui nous fait crier «Abba, Père !»  » (119)

 

Ce discours de Jean-Paul II constitue en soi une hérésie formelle. Il dit que nous ne savons pas si les êtres humains sont damnés. C’est une vérité divinement révélée de l’Evangile que les êtres humains sont impliqués dans la damnation éternelle, comme le dit Jésus à plusieurs reprises. Par exemple :

 

Matthieu 13, 39-42 : « Comme on ramasse l’ivraie et qu’on la brûle dans le feu, ainsi en sera-t-il à la consommation du siècle. Le Fils de l’homme enverra ses anges, et ils enlèveront de son royaume tous les scandales et ceux qui commettent l’iniquité, et ils les jetteront dans la fournaise du feu : c’est là qu’il y aura les pleurs et le grincement de dents.« .

 

Dans une brève audience en polonais à ses compatriotes, Jean-Paul II a rappelé l’enseignement de l’hérétique Hans Urs von Balthasar selon lequel :  » Il y a un enfer, mais il pourrait être vide.  » (120)

 

Le 4 Août 1999, Jean-Paul II a dit que le purgatoire n’est pas une place réelle. (121)

 

Pape Pie IV, Concile de Trente, Session 25, 3-4 décembre 1563 : «L’Église catholique, instruite par le Saint-Esprit, a enseigné à partir de la Sainte Écriture et de l’ancienne tradition des pères de ses conciles et plus récemment dans ce synode œcuménique, que le purgatoire existe , et que les âmes détenues y sont aidées par les prières des fidèles et surtout par le sacrifice acceptable de l’autel.  » (122)

 

Jean-Paul II a changé le Rosaire

 

Jean-Paul II vénérant une miche de pain !


Jean-Paul II a également poussé l’abomination jusqu’à changer le Rosaire. En octobre 2002 Jean-Paul II a ajouté cinq nouveaux mystères au Rosaire, appelés « Mystères de Lumière ». Dans le document qui a promulgué des mystères de lumière, Jean-Paul II a déclaré :

 

« Toute personne qui envisage le Christ à travers les différentes étapes de sa vie ne peut pas manquer de voir en lui la vérité sur l’homme.  » (123)

 

Lorsque nous contemplons les mystères du Christ, nous ne percevons pas en lui la vérité sur l’homme. Jean-Paul II a dit cela parce qu’il enseignait que l’homme est Dieu et, plus précisément, que la vérité sur l’homme, c’est qu’il est Jésus-Christ.

 

Point final sur Jean-Paul II

 

Donc la question que tout le monde professant être catholique doit se poser est la suivante : Jean-Paul II était -il le chef de l’Eglise catholique ? Ou Jean-Paul II était -il dans le cadre d’une autre religion ? Si Jean-Paul II faisait partie d’une religion différente – et qui oserait nier cela à la lumière de la preuve indéniable et écrasante que nous venons de présenter ? – alors il ne pourrait pas avoir été le chef de l’Eglise catholique.

 

Saint François de Sales, docteur de l’Eglise : «Ce serait en effet l’un des monstres le plus étrange qui pourrait être vu – si le chef de l’Eglise n’était pas de l’Eglise.  » (124)

 

Nous avons prouvé hors de tout doute que Jean-Paul II était un hérétique manifeste. Comme il était un hérétique, il n’aurait pas pu être un pape validement élu. C’était un antipape non-catholique. Comme déjà cité, le pape Paul IV a solennellement enseigné dans sa Bulle du 15 février 1559, Cum ex Apostolatus officio, qu’il est impossible pour un hérétique d’être élu validement pape.

 

 

 

Photo du feu dans lequel apparaît l’image de Jean-Paul II a été prise à 21h 37, heure exacte du décès de ce Pape, à Beskid Zywiecki, village polonais situé à proximité de la ville natale de Jean-Paul II, Wadowice. C’était le 2 avril 2007, au cours d’une veillée célébrée à l’occasion du deuxième anniversaire de la mort du Pape.

 

_______________________________________________________________________________________________________________Notes :

(1) Denzinger, Les Sources du dogme catholique , B. Herder livre. Co., trentième édition, 1957, no. 464.

(2) Les encycliques papales , par Claudia Carlen, Raleigh: Le Pierian Press, 1990, Vol. 5 (1958-1981), p. 255.

(3) Les encycliques de Jean-Paul II , Huntington, IN: Our Sunday Visitor Division des éditions, 1996, p. 497.

(4) Les encycliques de Jean-Paul II , p. 643.

(5) L ‘Osservatore Romano (le journal du Vatican), Juillet 1, 1985, p. 3

(6) Denzinger 795.

(7) L’Osservatore Romano, janvier 1, 1979, p. 8.

(8) Les encycliques papales , vol. 5 (1958-1981), p. 249.

(9) Les encycliques de Jean-Paul II , p. 517.

(10) L’Osservatore Romano , le 14 mai 1984, p. 7.

(11) L’Osservatore Romano, janvier 18, 1995, p. 11.

(12) Les encycliques papales , vol. 2 (1878-1903), p. 304.

(13) Cité dans abbé Daniel Le Roux, Pierre, m’aimes-tu ?, Angelus Press, 1988, p. 147.

(14) Saint Thomas d’Aquin, Somme Théologique , Pt. I-II, Q. 103., A. 4.

(15) Saint Thomas d’Aquin, Summa Thelogica , Pt. II-II, Q. 12, A. 1, Obj. 2.

(16) Les encycliques papales , vol. 3 (1903-1939), p. 317.

(17) L’Osservatore Romano CD-Rom , Année 1986, Cité du Vatican, Angélus Discours de Jean-Paul II, le 12 oct. 1986.

(18) Les encycliques de Jean-Paul II , p. 540.

(19) Les encycliques papales , vol. 1 (1740-1878), p. 222.

(20) L ‘Osservatore Romano , le 29 mai 2002, p. 4.

(21) Les encycliques papales , vol. 1 (1740-1878), pp 237-238.

(22) Les encycliques de Jean-Paul II , p. 502.

(23) décrets des conciles œcuméniques , Sheed & Ward et Georgetown University Press, 1990, Vol. 1, pp 550-553; Denzinger 39-40.

(24) Les encycliques papales , vol. 3 (1903-1939), p. 316.

(25) Associated Press, «les leaders religieux dénoncent l’extrémisme», le 29 octobre 1999.

(26) décrets des conciles œcuméniques , vol. 1, p. 625.

(27) Cité par Amleto Cicognani Giovanni, droit canonique , Philadelphie, PA: Le Dolphin Press, 1935, p. 177.

(28) Les encycliques papales , vol. 3 (1903-1939), p. 381.

(29) L’Osservatore Romano , 9 décembre 1980, p. 5.

(30) L’Osservatore Romano , Mars 1, 2000, p. 5.

(31) Von Pastor, Histoire des papes , II, 346; cité par Warren H. Carroll , Une histoire de la chrétienté , Vol. 3 ( La Gloire de

Chrétienté ), Front Royal, VA: la chrétienté Press, 1993, p. 571.

(32) L ‘Osservatore Romano, 29 Mars, 2000, p. 2.

(33) Le Rapport mondial catholique , «Regards sur le monde», Juin 2000, p. 16.

(34) Les encycliques de Jean-Paul II , p. 474.

(35) L’Osservatore Romano , le 23 oct., 1989, p. 12.

(36) L’Osservatore Romano 19 février, 1990, p. 12.

(37) L’Osservatore Romano, le 23 mai 2001, p. 11.

(38) L’Osservatore Romano, le 12 mai 1999, p. 11.

(39) Le Catéchisme de l’Eglise catholique , par Jean-Paul II, Saint-Paul Books & Media, 1994, p. 223.

(40) Denzinger 73.

(41) Denzinger 712.

(42) Les encycliques papales , vol. 1 (1740-1878), p. 98.

(43) Les encycliques papales , vol. 4 (1939-1958), p. 42.

(44) L ‘Osservatore Romano , 9 décembre 1980, p. 6.

(45) Les encycliques papales , vol. 1 (1740-1878), p. 98.

(46) Le Catéchisme de l’Eglise catholique , n ° 121.

(47) Les sermons du dimanche des Grands Pères , Chicago: Regnery Press, 1959, Vol.Une., P. 92.

(48) décrets des conciles œcuméniques , vol. 1, p. 78.

(49) Gilbert Levine, Entretien avec 60 Minutes de CBS .

(50) Romano Amerio, Iota Unum , Kansas City, MO: Angelus Press, 1998, p. 578.

(51) 62 Darcy O ‘Brien, The Hidden pape , New York, NY: Daybreak Books, 1998, pp 368-369.

(52) Nouvelles catholiques famille , Niagara Falls, NY, Septembre, 2002, p. 3.

(53) L ‘Osservatore Romano , 2001. 

(54) L ‘Osservatore Romano , le 29 mai 2002, p. 5.

(55) Directoire pour l’application des principes et normes sur l’œcuménisme , par le Conseil pontifical pour la promotion de l’unité des chrétiens, Boston, MA: Saint-Paul Books & Media, pp 78-79.

(56) Les encycliques papales , vol. 1 (1740-1878), p. 57.

(57) Les encycliques papales , vol. 1 (1740-1878), p. 58.

(58) Adista 26 février 2001.

(59) Les encycliques papales , vol. 4 (1939-1958), p. 93.

(60) Les encycliques papales , vol. 4 (1939-1958), p. 95. 

(61) Les encycliques papales , vol. 4 (1939-1958), p. 99.

(62) Les encycliques papales , vol. 4 (1939-1958), p. 100.

(63) Service d’information 84 (1993/III-IV) 145;? Http://www.cnewa.org/ecc-bodypg- us.aspx eccpageID = 82 & IndexView = alpha # footnote45

(64) Les encycliques papales , vol. 3 (1903-1939), p. 317.

(65) L’Osservatore Romano , le 27 janv., 1993, p. 2.

(66) Les encycliques papales , vol. 2 (1878-1903), p. 399.

(67) Les encycliques de Jean-Paul II , p. 248.

(68) L ‘Osservatore Romano, 1 Mars, 2000, p. 5.

(69) L ‘Osservatore Romano , le 16 oct., 2002, p. 5.

(70) Amérique Magazine, «Un nouveau chapitre dans les relations catholiques-orthodoxes, » Juillet 3-10 1999, Vol. 181, n ° 1

(71) Zenit.org 2 Novembre 2000.

(72) décrets des conciles œcuméniques , vol. 1, p. 234.

(73) L ‘Osservatore Romano , le 16 oct., 2002, p. 4.

(74) Les encycliques papales , vol. 1 (1740-1878), p. 297 et la note 4.

(75) L ‘Osservatore Romano , le 16 oct., 2002, p. 4.

(76) Les encycliques papales , vol. 1 (1740-1878), p. 230.

(77) Les encycliques papales , vol. 1 (1740-1878), p. 207.

(78) Les encycliques papales , vol. 1 (1740-1878), p. 201.

(79) Les encycliques papales , vol. 3 (1903-1939), p. 318.

(80) L’Osservatore Romano , le 2 Juillet, 2003, p. V.

(81) Denzinger 1827.

(82) Les encycliques de Jean-Paul II , p. 953.

(83) Cité dans Sacerdoce , n ° 2, Instauratio Catholica, Madison Heights, WI, p. 64.

(84) L’Osservatore Romano, novembre 15, 2000, p. 6/7 – Communiqué conjoint de Jean-Paul II et le Catholicos Karékine II.

(85) Warren H. Carroll, Une histoire de la chrétienté , la chrétienté Press, 1985, Vol. 1, p. 539.

(86) Les encycliques papales , vol. 1 (1740-1878), p. 321.

(87) Denzinger 1966.

(88) L’Osservatore Romano , 08/10/03, p. 9.

(89) CWNews 8 septembre 2003.

(90) L’Osservatore Romano , le 14 nov., 1983, p. 9.

(91) L’Osservatore Romano , 9 Juillet, 1985, p. 5. 

(92) Les encycliques papales , vol. 1 (1740-1878), p. 268.

(93) 30 jours Magazine , No. 7-8, 1995, p. 19.

(94) L’Osservatore Romano , le 28 janvier 2004, p. 4.

(95) Le Code de droit canonique (1983), un texte et commentaire , commandé par le Canon Law Society of America, édité par

James A. Coriden, Thomas J. Green, Donald E. Heintschel, Mahwah, NJ: Paulist Press, 1985, p. 609.

(96) Les encycliques papales , vol. 1 (1740-1878), p. 364. 

(97) Le Catéchisme de l’Eglise catholique , p. 5.

(98) Denzinger 1833.

(99) Denzinger 1837.

(100) Les encycliques de Jean-Paul II, p. 950.

(101) Les encycliques de Jean-Paul II , p. 965.

(102) Denzinger 714.

(103) Les encycliques papales , vol. 3 (1903-1939), p. 368.

(104) Les encycliques papales , vol. 1 (1740-1878), p. 229..

(105) Les encycliques de Jean-Paul II , p. 914.

(106) Salvifici doloris , Lettre apostolique de Jean-Paul II 11 février 1984, Pauline Books, p. 35.

(107) L’Osservatore Romano CD-Rom , Année 1993, Angélus Discours de Jean-Paul II, le 9 sept. 1993.

(108) L’Osservatore Romano CD-Rom , Année 1994, Tertio millennio adveniente de Jean-Paul II, le 10 nov. 1994.

(109) L ‘Osservatore Romano , le 19 mai 1999, p. 11.

(110) Denzinger 247.

(111) Les encycliques papales , vol. 1 (1740-1878), p. 64.

(112) Le Reste , St. Paul, MN, le 30 Avril, 2000, p. 6.

(113) L ‘Osservatore Romano , le 31 oct., 2001, p. 3.

(114) L ‘Osservatore Romano , le 31 oct., 2001, p. 4.

(115) Déclaration de l’Académie pontificale des Sciences, le 22 oct. 1996, version originale française.

(116) National Catholic Register , le mont. Morris, IL, Août 1-7, 1999, p. 4.

(117) L ‘Osservatore Romano, 4 Août, 1999, p. 7.

(118) L ‘Osservatore Romano, 4 Août, 1999, p. 7.

(119) L ‘Osservatore Romano, 4 Août, 1999, p. 7.

(120) National Catholic Register, Août 8-14 1999.

(121) National Catholic Register , Août 15-21, 1999, p. 5.

(122) décrets des Conciles œcuméniques , Vol. 2, p. 774.

(123) L ‘Osservatore Romano , le 23 oct., 2002, p. 5.

(124) Saint François de Sales, La Controverse catholique , Rockford, IL: Tan Books, 1989, p. 45.

ANNEXE – LES 101 HERESIES DE L’ANTIPAPE JEAN PAUL 2

 

 


Abréviations ci-dessous.

1. L’Église Catholique manque d’unité UUS 7-10 25/5/95
2. Les enfants peuvent être sauvés sans baptême 
EV 99 25/3/95
3. Les Musulmans adorent le vrai Dieu 
TSE 141 1994
4. Les sectes hérétiques ont une mission apostolique 
LOR 10/6/80
5. L’Esprit Saint se sert des sectes comme moyen de Salut 
CT 32 16/10/79
6. Nous devons prier avec les hérétiques pour l’unité 
UUS 21 25/5/95
7. La liberté de conscience est un droit de l’homme 
LOR 1/9/80
8. Les hérétiques sont chrétiens 
LOR 23/12/82
9. Chaque homme est uni au Christ 
RH 13.3 1979
10. Les hérétiques ont la Foi Apostolique 
UUS 62 25/5/95
11. Le Nouvel Ordre Mondial est la sainte unité 
PA 39 1987
12. Dieu aime les Hérétiques, les Païens, etc… 
PA 48 1978
13. Les Juifs sont nos aînés dans la Foi 
TSE 99 1994
14. Les Maçons sont les fils de Dieu le Père 
LOR 22/5/84
15. Les hérétiques sont nos frères dans le Christ 
LOR 16/9/80
16. Les Conciles Œcuméniques n’ont pas besoin de défendre la Foi 
TSE 162 1994
17. Les Dogmes et les Doctrines grandissent et évoluent 
EDA 1987
18. Tous les mariages inter religieux sont valides 
FC 22/11/81
19. Le Bouddhisme est une grande religion 
PM 147 17/6/84
20. Tous les hommes ont des droits égaux 
SP 478 1/9/80
21. Le Nouvel Ordre Mondial est nécessaire pour le monde entier 
SP 809 2/9/819
22. Luther a un profond un esprit religieux 
PM 105 17/11/80
23. Jean Paul II prie avec les Juifs “ nos frères les plus chers” 
LOR 13/4/86
24. Le Corps du Christ n’est pas seulement dans l’Église Catholique 
LOR 8/7/80
25. Tous les hommes sont sauvés 
LOR 6/5/80
26. Les miracles du Christ ne prouvent pas son origine messianique 
LOR 11/11/83
27. Tous les hommes on droit à la liberté religieuse 
CEC 2106 11/10/92
28. Les Infidèles peuvent être sauvés car :“Puisse Gandhi vivre pour toujours” 
SEM 9 2/1986
29. L’Église Catholique se réjouit quand des hérétiques prêchent 
TSE 141 1994
30. Les hérétiques peuvent être martyrs en dehors de l’Église 
UUS 84 25/5/95
31. Les hérétiques peuvent recevoir légalement nos sacrements 
UUS : 46 25/5/95
32. Les hérétiques ne sont pas nos ennemis, mais nos frères 
UUS 42 25/5/95
33. L’Église catholique a péché contre l’unité 
UUS 34 25/5/95
34. L’Amour, c’est lorsque nous nous joignons aux hérétiques dans la prière 
UUS 21 25/5/95
35. Les Anti-Christ ont droit à la liberté religieuse 
LCR 2 1/9/80
36. L’État ne peut interdire les religions non catholiques 
LCR 2-4 1/9/80
37. Les sectes hérétiques peuvent jouir de la vie de l’Église 
CT 32 16/10/79
38. L’unité subsiste dans l’Église Catholique 
CEC 820 11/10/92
39. Le “Dialogue” est souhaitable pour apporter l’unité à l’Église 
CEC 821 11/10/92
40. La Sanctification et la Vérité peuvent être trouvées dans les sectes hérétiques 
CEC 819 11/10/92
41. Aujourd’hui les hérétiques ne peuvent être responsables de leur hérésie 
CEC 817 11/10/92
42. L’Église du Christ subsiste dans l’Église Catholique 
CEC 816 11/10/92
43. L’Espérance demeure pour les enfants qui meurent sans le baptême 
CEC 1261 11/10/92
44. La compréhension des Dogmes croît par l’expérience humaine 
CEC 94 11/10/92
45. Tous les hommes appartiennent à l’Église Catholique 
CEC 836 11/10/92
46. L’Église Catholique se joint aux hérétiques 
CEC 838 11/10/92
47. L’Ancienne Loi est toujours vivante et répond à l’appel de Dieu 
CEC : 839 11/10/92
48. Le plan du Salut inclue les Musulmans 
CEC : 841 11/10/92
49. L’Église Catholique a un lien avec les fausses religions 
CEC 842 11/10/92
50. Les fausses religions recherchent le vrai Dieu qui sauve 
CEC 843 11/10/92
51. A Assise, 150 fausses religions “ont prié d’une seule voix pour le Seigneur” 
UUS 76 25/5/95
52. Jean Paul II a prié avec les hérétiques Anglicans en 1982 
UUS 24 25/5/95
53. On peut être sauvé en dehors de l’Église par une vie honnête 
VS : 3 6/8/93
54. Le Salut n’est pas seulement pour ceux qui sont explicitement dans l’Église 
Rmi 10 7/12/90
55. Les Juifs apostats et les Chrétiens ont “un héritage commun” 
PM 135 13/4/86
56. En 1991, Jean Paul II a prié avec les Luthériens pour “l’unité” 
UUS 25 25/5/95
57. Dialoguer ensemble peut amener à l’unité chrétienne 
UUS 31.32 25/5/95
58. L’unité des chrétiens est possible si l’Église Catholique a failli 
UUS 34 25/5/95
59. Les Catholiques peuvent recevoir légalement les sacrements des hérétiques 
UUS 46 25/5/95
60. Les Catholiques doivent se réjouir quand les hérétiques versent leur sang 
UUS 47 25/5/95
61. Jean Paul II a donné sa bénédiction aux Luthériens en 1991 
UUS 73 25/5/95
62. La “Foi” des hérétiques loue et remercie Dieu 
UUS 74 25/5/95
63. Une communion de Foi existe entre hérétiques et catholiques 
UUS 75 25/5/95
64. Les hérétiques honorent les Saintes Écritures avec un zèle vraiment religieux 
UUS 12 25/5/95
65. Le Saint Esprit donne son “Pouvoir de Sanctification” aux hérétiques 
UUS 12 25/5/95
66. Dieu veut et inspire aux hérétiques le désir de verser leur sang pour lui 
UUS 12 25/5/95
67. L’Église de Dieu s’édifie quand les hérétiques reçoivent l’Eucharistie 
UUS 12 25/5/95
68. L’Église Catholique et l’Église orientale schismatique communient dans la Foi 
UUS 59.62 25/5/95
69. Les Juifs apostats adorent le seul vrai Dieu 
PM 135 13/4/86
70. Chaque être humain est le chemin de l’Église 
DM 3 13/11/93
71. Toutes les nations ne forment qu’une communauté 
CEC 842 11/10/92
72. L’ONU est le forum suprême de la paix et de la justice 
SP 112 10/2/79
73. L’Église Catholique respecte la tradition spirituelle islamique 
SP 2443 19/8/95
74. Tous les hommes sont frères par leur dignité humaine 
SP 826 5/9/83
75. Dans les fausses religions on trouve bonté et vérité 
CEC 843 11/10/92
76. L’expérience religieuse de l’Islam mérite le respect 
TSE 93 1994
77. Le Modernisme renouvelle et unifie l’Église du Christ 
TSE 76 1994
78. Dans l’hindouisme, les hommes se réfugient en Dieu avec amour et confiance 
TSE 80 1994
79. Les bouddhistes par une aide d’en haut, arrivent à l’illumination suprême 
TSE 80 1994
80. L’Église ne rejette rien de saint et de vrai dans les fausses religions 
TSE 80 1994
81. L’œuvre du Saint Esprit est à la racine de toutes les religions 
TSE 81 1994
82. Prier avec les fausses religions peut apporter la paix 
TSE 81 1994
83. Les religions animistes préparent beaucoup à devenir chrétiens 
TSE 82 1994
84. Jean Paul II a prié avec les animistes et en fut émerveillé 
LC 23/8/85
85. Le domaine du Salut inclue ceux qui ne sont pas dans l’Église 
TSE 140 1994
86. Avec Dieu, l’homme crée son Salut personnel 
TSE 195 1994 10
87. La Foi implicite est la nécessité essentielle du Salut 
TSE 193 1994
88. L’Église Catholique est présente sous toutes ses espèces dans les sectes hérétiques 
CN 28/5/92
89. Les langues vernaculaires doivent être utilisées pour dire la Messe 
SC 36 4/12/63
90. Les Catéchumènes non baptisés sont membres de l’Église 
LG 14 21/11/64
91. Les péchés sont remis en dehors de l’Église 
LOR 20/11/89 

92. La dignité de l’homme c’est la liberté, l’égalité , la fraternité ALL 4/1980
93. L’Évolution n’est pas juste qu’une hypothèse 
LOR 23/10/96
94. L’Adoration en commun avec les hérétiques est bonne 
UR 8 1965
95. La cérémonie de la Messe doit être simplifiée 
SC 34.50 1965
96. Jean Paul II a prié avec les sorciers, invoquant les “esprits” 
LOR 11/8/85
97. Hors l’Église, point de Salut, n’est pas exclusivement catholique 
CEC 141 1994
98. Jean Paul II n’a pas professé le filioque avec les schismatiques orientaux 
UUS 24 6/12/87
99. Tous les défunts sont saints devant Dieu 
LOR 1/11/93
100. Condamner les hérétiques est contraire à l’Évangile 
UUS 15 25/5/95
101. “Le bouddhisme est une religion de Salut” 
TSE 84.85 1994

 

 

 

Abréviations pour les 101 hérésies ci-dessus :

 

AAS. = Acta Apostolicae Sedis. 

 

ACA. = Ad Catholicos Angliae.
ALL. = Allocution (audience privée avec la Curie Romaine).
C = numéro du Canon , Code de Droit Canonique de 1917 du Pape Benoît XV.
CEC. = Catéchisme de l’Église Catholique, de Jean Paul II , 1992.
CCT. = Catéchisme du Concile de Trente, du Pape saint Pie V.
CN. = Communionis Notio, lettre aux évêques sur la “Communion”, 28 mai 1992.
CT. = Catechesi Tradendae, exhortation de Jean Paul II, 16 oct. 1979.
D. = Enchiridion Symbolorum. “ Les sources du dogme catholique”.
DJP. = De Jejun. Pent. Sermon 129 du Pape saint Léon le Grand.
DM. = Dives in misericordia, Encyclique de Jean Paul II , 30 nov. 1980.
EAC. = Epître à Cledonius, du Pape saint Grégoire le Grand.
EACo. = Epître aux Corinthiens du Pape saint Clément I.
ECN. = Epître au Comte de Nevers, 1208 du Pape Innocent III.
EDA. = Ecclesia Dei Afflicta, Motu Proprio de Jean Paul II, 2 juillet 1982.
ENL. = Exima Nos Laetitia, Décretale du Pape Léon XIII.
EP5. = Exposition sur le Psaume V Poenit. du Pape saint Grégoire le Grand.
EV. = Evangelium Vitae, Encyclique de Jean Paul II, 25 mars 1995.
PDC. = Porte du Ciel, de Sœur Catherine Clarke 1952.
FC. = Familiaris Consortio, Encyclique de Jean Paul II, 22 nov. 1981.
LC. = La Croix, périodique français. 

 

LCR. = Liberté de Conscience et Religion, lettre de J-P II aux chefs des nations qui signèrent les accords d’Helsinki, 1/9/1981.
LHF. = Lettre à la Hiérarchie Française du Pape saint Pie X de 1910.
LG. = Lumen Gentium, Décretale du Concile Vatican II, 21 nov. 1964.
LOR. = L’Osservatore Romano, Cité du Vatican Italie.
LRF. = La Religion de la Fraternité : est-elle anti-chrétienne ? Rev. Edward F. Brophy, 1954. 

 

MA. = Mortalium Animos, Encyclique du Pape Pie XI pour le développement de la véritable Unité Religieuse, 6 Jan. 1928. AAS 20 (1928).
MC. = Mystici Corporis, Encyclique de Pie XII , 29 juin 1943. AAS 35 (1943).
MV. = Mirari Vos, Encyclique du Pape Grégoire XVI , 15 août 1832.
P. = Pascendi, Encyclique du Pape saint Pie X, 8 sept. 1907. AAS 40 (1907).
PA. = Le Pape vient en Amérique , Publications Internationales (1987).
PM. = Pierre, m’aimes-tu ? Abbé Daniel Leroux.
SP. = les sentiers de la paix : une contribution. Publications Liturgiques.
QA. = Quod Aliquantulum, du Pape Paul VI.
RH. = Redemptor Hominis, Encyclique de Jean Paul II, 4 mars 1979.
RMI. = Redemptoris Missio , Encyclique de Jean Paul II, 7 déc. 1990.
SC. = Sacrosanctum Concilium, Décrétale du Concile Vatican II, 4 déc. 1963.
SCG. = Satis Cognitum, Encyclique de Léon XIII, 29 juin 1896. AAS 28 (1895/96)
SJS. = Summo Jugiter Studio, Encyclique du Pape Grégoire XVI, 27 mai 1832.
SQI. SQA. = Singulari Quidem et Singulari Quadem, Encycliques du Pape Pie IX
SEM. = Syllabus des erreurs modernistes, séries sur les papes, 1996. 

 

TSE. = Traversant le seuil de l’Espérance, par Jean Paul II. 

 

UUS. = Ut Unum Sint, Encyclique de Jean-Paul II, 25 mai 1995.
VS. = Veritatis Splendor, Encyclique de Jean-Paul II, 6 août 1993.

 

 

 

LE MAGISTERE DE L’ÉGLISE CONTRE LES 101 hérésies de Jean-Paul 2


1. L’unité chrétienne est l’Église Catholique Pie XI 
MA 3.15
2. Le Baptême est nécessaire au Salut des enfants St. Zosime Ier 
D. 102
3. Seuls les Catholiques peuvent adorer Dieu Grégoire XVI 
SJS
4. L’Église Catholique est la seule Mission Apostolique Léon XIII 
SCG. 35
5. L’Esprit Saint ne donne pas la vie aux hérétiques Léon XIII 
SCG 18
6. Quiconque prie avec les hérétiques est hérétique St. Agathon Ier 
SCN XI : 635
7. La liberté de conscience est une folie Grégoire XVI 
D. 1613
8. Seuls les Catholiques peuvent être Chrétiens Pie VI 
D. 1500
9. Le Christ n’est pas dans tous les hommes St. Pie X
 D. 2103
10. La vraie Foi ne peut être trouvée en dehors de l’Église Pie IX 
SQI
11. Le nouvel ordre mondial est diabolique Pie XI 
MA 1-2
12. Sans la Foi Catholique, il est impossible de plaire à Dieu Paul III 
D. 787
13. Les Juifs rejettent la véritable Foi en Jésus Christ Grégoire Ier 
EAC
14. Les Maçons sont les fils du Démon Pie IX 
SQA
15. Les Hérétiques sont les fils du Démon Clément Ier 
EACo 42.46
16. Les Conciles Œcuméniques doivent défendre la Vérité Pie II 
D. 717
17. L’Evolution du Dogme et de la Doctrine est condamnable St. Pie X 
P 12-27
18. Il faut dissuader les mariages inter religieux Grégoire XVI 
SJS 1-9
19. Le Bouddhisme et une fausse religion païenne St. Pie X 
P 14
20. Les droits égaux pour tous les hommes n’ont aucun sens Pie VI 
QA
21. Le nouvel ordre mondial est un règne de terreur Benoît XV 
LRF 35
22. Quiconque ne condamne pas les hérétiques, qu’il soit anathème Vigilius 
D.. 223
23. Les Juifs ne sont pas “nos plus chers frères” Innocent III 
ECN 
24. Seule l’Église Catholique est le Corps du Christ Pie XII 
MC 17-18
25. Hors de l’Église Catholique point de Salut Eugène IV 
D. .714
26. Les miracles du Christ prouvent son origine messianique St. Pie X 
D. 2028
27. Le droit à la liberté religieuse pour tous est une hérésie Pie IX 
D. 1690.99
28. Tous les Infidèles sont damnés ! St. Pie X 
PDC 13
29. L’Église Catholique condamne les discours hérétiques Paul IV 
ACA 
30. Il n’y a point de Martyrs Chrétiens en dehors de l’Église Pélage II 
D. 247
31. Les hérétiques ne peuvent recevoir légalement les sacrements Léon XIII 
ENL
32. Les hérétiques sont nos ennemis St. Clément Ier 
EACo 42.46
33. Les Modernistes disent : L’Église s’est trompée Pie XI 
MA 8
34. Il y a hérésie si nous prions avec les hérétiques Pie XI 
D. 2199
35. Seuls les Catholiques ont droit à la liberté religieuse Pie IX 
D. 1690.1699
36. Les Nations doivent interdire les religions non Catholiques Pie IX 
D. 1777.1778
37. Les sectes hérétiques ne peuvent pas vivre de la vie de l’Église St. Grégoire Ier 
EP 5
38. L’unité chrétienne c’est l’Église Catholique Pie XI 
MA 7
39. L’Église Catholique interdit les rencontres pour “l’unité” Pie XI 
MA 15
40. Dire :Toutes les religions sont vraies est une hérésie St. Pie X 
P 14
41. De nos jours, les hérétiques ont méprisé la véritable Foi Pie XI 
MA 16
42. L’Église du Christ est l’Église Catholique Pie XII 
MC 17-18
43. En dehors de l’Église, il n’y a pas d’espoir de Salut Pie IX 
D. 1717
44. L’Évolution des Dogmes est une erreur des Modernistes St. Pie X 
P 12-13. 25 27
45. Seuls les Catholiques sont membres de l’Église Pie XII 
D. 2286
46. Les Hérétiques sont séparés de l’Église Catholique Pie XII 
D. 2286
47. L’Ancien testament est achevé, le Nouveau Testament s’est accompli Eugène IV 
D. 712
48. Dire : Le Salut est offert aux Musulmans, est une hérésie Grégoire XVI 
MV 13
49. Les fausses religions sont séparées de l’Église Eugène IV 
D. 705
50. Les fausses religions adorent le Démon Grégoire XVI 
SJS
51. A Assise 150 fausses religions ont adoré le Démon Grégoire XVI 
SJS
52. Quiconque prie avec les hérétiques est lui-même hérétique Benoît XV 
C. 2238.2
53. Seuls le salut et les principes moraux sont dans l’Église Grégoire XVI 
D. 1613
54. On ne trouve seulement le Salut que dans l’Église Catholique Boniface VIII 
D. 468.469
55. Les Juifs apostats n’ont pas Foi dans le Salut St. Grégoire Ier 
EAC
56. Prier avec les hérétiques pour “ l’unité ” est une hérésie ! Pie IX 
D.1685-1687
57. Ces “assemblées” pour “l’unité” sont condamnées ! Pie XI 
MA 15
58. Les Modernistes soutiennent que l’Église s’est trompée Pie XI 
MA 13
59. Personne ne peut prier avec les hérétiques et être Catholique St. Agathon Ier 
SCN XI : 635 12
60. Les Catholiques doivent anathématiser tous les hérétiques St. Martin Ier 
D. 271-272
61. Quiconque protège les hérétiques est un hérétique Innocent III 
LHC I : 441
62. Dire que les hérétiques glorifient Dieu est une hérésie Pie IX 
D. 1718
63. Les Catholiques et les hérétiques ne partagent pas l’unité de Foi Léon XIII 
SCG 18.2718
64. Les hérétiques déshonorent les Saintes Ecritures Pie IX 
D. 1788
65. Les hérétiques ne peuvent vivre de la vie de l’Esprit Saint Pie XII 
D. 2286
66. Tous les hérétiques qui versent leur sang vont en Enfer ! Eugène IV 
D. 714
67. Les hérétiques pèchent quand ils reçoivent l’Eucharistie Léon XIII 
ENL
68. Les hérétiques ne sont pas membres de l’Église Catholique St. Pie V 
CCT 101
69. Les Juifs apostats n’adorent pas le seul vrai Dieu Grégoire XVI 
SJS 
70. Hérésie : L’Église est une conscience collective St. Pie X 
P 23
71. Hérésie : Les Nations ne forment qu’une seule communauté Pie XII 
MC 18
72. L’Église est le suprême tribunal de la paix Pie XI 
MA 1-17
73. C’est une hérésie de dire que toutes les religions sont vraies St. Pie X 
P 14
74. La dignité humaine dans le Christ n’appartient qu’aux Catholiques St. Pie X 
LHF
75. C’est une hérésie de dire que toutes les religions sont bonnes Pie XI 
MA 2
76. C’est une hérésie de dire que les Musulmans peuvent rencontrer Dieu St. Pie X 
P 14
77. Le Modernisme tente de détruire l’Église St. Pie X P : 23
78. C’est une hérésie de dire que les Hindous peuvent rencontrer Dieu St. Pie X 
P 14
79. C’est une hérésie de dire que les Bouddhistes peuvent rencontrer Dieu St. Pie X 
P 14
80. On ne peut trouver la Vérité en dehors de l’Église Grégoire XVI 
D. 1617
81. C’est une hérésie de dire que toutes les religions sont vraies St. Pie X 
P 14
82. Prier pour la paix avec les fausses religions est une hérésie ! Pie XI 
MA 1-17
83. C’est une hérésie de dire que les Animistes peuvent rencontrer Dieu St. Pie X 
P 14
84. C’est une hérésie de penser que toutes les religions sont bonnes Pie XI 
MA 2
85. Hors de l’Église, point de Salut Pie IX 
D. 1716
86. Hors la vraie Foi, point de Salut Pie IV 
D. 1000
87. La Foi explicite est une nécessité essentielle du Salut Clément XI 
D. 1349
88. En dehors de l’Église Catholique, il n’existe pas de Sainte Unité St. Léon Ier 
DJP 129. II. 3
89. Hérésie : La langue vernaculaire devrait être utilisée dans la liturgie Pie VI 
D. 1566
90. Les non baptisés ne sont pas membres de l’Église Paul III 
895
91. En dehors de l’Église, il n’y a pas de rémission des péchés Boniface VIII 
D. 468
92. La définition de la Franc-maçonnerie c’est : Liberté, Égalité, Fraternité St. Pie X 
LHF
93. L’Évolution est la doctrine des Modernistes St. Pie X 
P 26
94. Adorer en commun avec les hérétiques est condamné ! Benoît XV 
C. 1258
95. Le rituel de la Messe devrait être simplifié : c’est une hérésie ! Pie VI 
D. 1533
96. Jean Paul II a adoré le Démon Grégoire XVI 
SJS
97. L’Église Catholique est la seule voie de Salut Eugène IV 
D. 714
98. Jean Paul II a été anathématisé pour avoir protégé les hérétiques Innocent III 
LHC I : 441
99. Hors l’Église point de Salut Pie IX 
D. 1716
100. Il est conforme à l’Évangile de condamner les hérétiques St. Martin Ier 
D. 271-272
101. Le Bouddhisme est une religion de damnation Eugène IV 
D. 714

 

 

 

Abréviations pour le Magistère de l’Eglise :

 

C. = numéro du Canon , d’après le Code de la Loi Canonique de 1917 du Pape Benoît XV 

 

CCT. = Catéchisme du Concile de Trente, du Pape saint Pie V. 

 

D. = Enchiridion Symbolorum. “ Les sources du dogme catholique” édité par H. Denzinger. Imprimatur 1955 

 

DJP. = De Jejun. Pent. Sermon 129 du Pape saint Léon le Grand
EAC. = Épître à Cledonius, du Pape saint Grégoire le Grand

 

EACo. = Épître aux Corinthiens du Pape saint Clément I

 

ECN. = Épître au Comte de Nevers, 1208 du Pape Innocent III 

 

EP5. = Exposition sur le Psaume V Poenit. du Pape saint Grégoire Ier le Grand. 

 

LHE. = Lectures dans l’histoire de l’Église , Fr. Barry 1965 

 

LHF. = Lettre à la Hiérarchie Française du Pape saint Pie X de 1910
LRF = La Religion de la Fraternité : est-elle anti chrétienne ? Rev. Edward F. Brophy, 1954
MA. = Mortalium Animos, Encyclique du Pape Pie XI pour le développement de la véritable Unité Religieuse, 6/1/1928. AAS 20 (1928)
MC. = Mystici Corporis, Encyclique de Pie XII, 29 juin 1943. AAS 35 (1943)
MV. = Mirari Vos, Encyclique du Pape Grégoire XVI , 15 août 1832
P. = Pascendi, Encyclique du Pape saint Pie X, 8 sept. 1907. AAS 40 (1907
PDC. = Porte du Ciel, de Sœur Catherine Clarke 1952
SCG. = Satis Cognitum, Encyclique de Léon XIII. 29 juin 1896. AAS 28 (1895/96)
SJS. = Summo Jugiter Studio, Encyclique du Pape Grégoire XVI. 27 mai 1832
SQI. SQA. = Singulari Quidem et Singulari Quadem, Encycliques du Pape Pie IX